Culture et loisirs

Billet ciné : Marvel Studios fait-il n’importe quoi ?

Dans ce billet ciné, nous abordons une thématique qui fait parler depuis quelque temps dans l'industrie du cinéma. En effet, les studios Marvel, qui produisent les longs-métrages consacrés aux héros des comic books éponymes, sont sujets à diverses critiques. Que ce soit par leur production qualifiée d' "industrielle", leurs scénarios jugés redondants ou des effets spéciaux jugés mauvais, les studios Marvel sont cibles de vives critiques. Allant même jusqu'à dire que cela n'est pas du cinéma. Nous tentons ici de donner notre avis sur ce sujet.

Que penser des studios Marvel ? Logo Marvel Studios © Marvel Studios. Source : capture d'écran YouTube

Benjamin Laurencot
Le 20 novembre 2022 à 16h00

Approximativement un mois après la sortie du dernier épisode de la saison 1 de She-Hulk et du second opus de Black Panther, les studios Marvel sont encore au coeur des railleries des internautes. Comme à chaque sortie de séries ou de longs-métrages depuis un certain temps, Marvel doit faire face à des critiques salées. Mais sont-elles justifiées pour autant ? Est-ce que Marvel fait n’importe quoi avec ses oeuvres ? Et surtout, qu’est-il reproché à Marvel ? Retraçons d’abord le parcours de Marvel et de son MCU.

Les films Marvel, à l’image du dernier né Black Panther : Wakanda Forever, sont souvent cible de mauvaises critiques. Black Panther : Wakanda Forever © Marvel Studios. Source : Capture d’écran YouTube

Le MCU, un incontournable du cinéma moderne

Tout débute en 2008 pour Marvel Studios et son Marvel Cinematic Universe (MCU). Le long-métrage Iron Man de Jon Favreau, bien accueilli par la critique, a permis le début d’une fantastique épopée. Elle a aussi remis en route Robert Downey Jr., star planétaire que tout le monde croyait perdue. Chapeauté par Kevin Feige, l’aventure du MCU se poursuit avec L’incroyable Hulk de Louis Leterrier la même année. Mais le succès est moins important. Puis ça se poursuit, avec Thor (2011) Captain America : Le Premier Avenger (2011), etc. . Alors que les films sont tous plus ou moins bons, voir discutables, Marvel secoue une première fois le box-office mondial avec Avengers, mis en scène en 2012 par Joss Whedon. Pour la première fois, les spectateurs, émerveillés, peuvent voir les héros qu’ils ont suivis dans leurs films solos réunis à l’écran. Le film est un carton, et les critiques sont bonnes. Tellement que Marvel, après avoir introduit d’autres héros issus des comics Marvel dans d’autres films, poursuit avec trois autres opus Avengers, dont le dernier en date Endgame (2019), explose –au sens propre- le box-office, trustant Avatar ou Titanic. Aujourd’hui, même si de nombreux grands noms du cinéma, tels que Martin Scorsese ou Denis Villeneuve, ont fustigé Marvel, chaque film est un événement et cartonne au box-office. Pour en revenir au succès d’Avengers Endgame en 2019, c’est aussi l’année où Disney lance sa propre plateforme de streaming : Disney +.

En 2011, les Avengers permettent aux super-héros de devenir tendance au box-office. Avengers © Marvel Studios. Source : capture d’écran YouTube

L’arrivée de Disney + : coup de boost ou coup de mou pour Marvel ?

Disponible depuis 2019, Disney + est une plateforme de streaming –de type Netflix- réunissant toutes les séries et les films des studios dont Disney est propriétaire, de Marvel à Lucasfilm, en passant par Pixar ou la Fox. Avec ceci, Kevin Feige, le grand patron du MCU, y voit un moyen idéal pour inonder les fans de productions Marvel. Ce sont donc plusieurs séries par an qui apparaissent sur la plateforme : Falcon et le Soldat de l’Hiver, Wandavision, Loki, Hawkeye (2021) ou encore plus récemment Moon Knight, Miss Marvel et She-Hulk (2022). Toutes ces séries contribuent à enrichir le lore Marvel au cinéma et à approfondir l’histoire de certains héros. Certaines de ces séries ont même cartonnées, comme WandaVision et Loki. Mais plus les séries débarquent, et plus les critiques (et en particulier les internautes) se montrent acerbes. Mais cela n’empêche pas les productions Marvel de réaliser dans l’ensemble une bonne audience sur la plateforme aux grandes oreilles.

Le menu Disney + montré dans la série She-Hulk, lorsque l’héroïne brise le quatrième mur. She-Hulk © Marvel Studios. Source : capture d’écran YouTube

Des oeuvres de plus en plus critiquées

Parmi les critiques acerbes qu’on trouve sur le web, on y trouve divers reproches : mauvais effets spéciaux, histoires toujours similaires, personnages ridicules, etc. … En effet, la dernière série Marvel, She-Hulk, a été lourdement critiquée avant même sa sortie pour ses effets spéciaux, jugé mauvais. Son héroïne, Jennifer Walters (Tatiana Maslany), a été jugé trop générique, et l’intrigue de la série, trop plate. Au cinéma, l’avant-dernier né Thor : Love and Thunder (2022), a lui été critiqué pour ses personnages peu inspirés et son humour lourdeau. Doctor Strange in the Multiverse of Madness (2022) a également été critiqué pour son aspect trop « familial », alors qu’il avait été annoncé comme un film quasi-horrifique. Idem pour les personnages du roster Marvel, qui sont jugés trop « gentils ». Mais rappelons que chaque personnage du MCU est issu d’arc de comics tous différents les uns des autres, et qu’il existe une multitude d’un même personnage au sein des oeuvres. Mais est-ce vraiment la faute des studios Marvel ? Ou le public est-il en train de se lasser ?

Bien que moins bon que les autres films de l’écurie, Thor : Love and Thunder a été particulièrement visé par les mauvaises critiques. Thor : Love and Thunder © Marvel Studios. Source : capture d’écran YouTube

Marvel : se réinventer dans la polémique

Concernant certaines critiques, cela peut être justifié. Par exemple, pour les effets spéciaux de She-Hulk (que je n’ai personnellement pas trouvé mauvais), certains médias nous rapportaient il y a peu que les techniciens travaillant sur les effets spéciaux étaient épuisés, car sans cesse sollicités pour des jours de travail à rallonge. Soit. Mais aujourd’hui, beaucoup de studios d’Hollywood ont recours aux CGI (les effets spéciaux). Donc cela peut être le cas pour la plupart des studios. Cependant, Marvel est aussi critiqué pour ses intrigues jugées répétitives et ses personnages trop « joyeux » et pas assez sombre, façon DC Comics (coucou Batman). Pour répondre à cela et satisfaire les demandes de son public, Kévin Feige et ses équipes tentent d’innover. Pas assez d’horreur ? Doctor Strange in The Multiverse of Madness s’en rapproche. Tout comme le special Halloween avec le brillant Werewolf By Night sur Disney +. Pas assez sombre ? Moon Knight s’en charge, avec son personnage de Marc Spector sombre, violent et torturé. Les personnages sont critiqués car ils ne sont pas du goût de tout le monde. Par exemple, le nouveau Daredevil apparu dans She-Hulk est vu d’un mauvais oeil, car jugé trop gentil et jovial par rapport au Daredevil de Netflix (2016-2018). Mais le personnage n’est qu’une adaptation d’un autre arc de comics, dans lequel Matt Murdock (incarné dans la série par Charlie Cox) est un peu plus blagueur. Alors bien sûr, ces petites évolutions ne sont visiblement pas du goût de tout le monde. Les oeuvres de Marvel sont encore jugées trop enfantine et fade. Mais il faut savoir que le MCU se veut avant tout abordable à tout public. Donc les films et séries ne doivent pas être choquant pour un public familial. En soit, nous pouvons dire que Werewolf by Night et le dernier Doctor Strange sont des films d’horreur pour la famille. Toujours dans cette manière de progresser, Marvel fait appel à de talentueux réalisateurs, expérimentés ou moins expérimentés. Beaucoup critiquent cette initiative en disant que les réalisateurs son bridés dans leur travail avec la Maison des Idées. Mais c’est juste parce qu’on ne peut pas mettre ce que l’on veut dans un film familial. Cependant, impossible de ne pas reconnaître la patte et le style artistique de certains, comme le style horrifique de Sam Raimi dans le dernier Doctor Strange, ou encore la brillante mise en scène de panorama sublime de Chloé Zao dans Les Eternels (2021). Autant d’arguments qui prouvent que Marvel et son MCU évoluent.

Le Daredevil de Netflix (sur la photo), beaucoup plus sombre que celui apparu dans She-Hulk. Daredevil © Netflix et Marvel. Source : capture d’écran YouTube

She-Hulk, vitrine des problèmes et de ses résolutions

Face à ces vives critiques, Marvel tente de montrer qu’il écoute ses détracteurs. Dans She-Hulk, le MCU fait de l’autodérision. On nous présente une héroïne dont la vie est, somme toute, assez banale. Le récit est assez plat, certes, et on retrouve des caméos à gogo : tout ce dont les critiques se plaignent. Mais dans le final de la série, Jessica Gao montre que sa série marque sans aucun doute un grand changement dans le MCU. Fidèle au comics (n’en déplaise à certains), Jen Walters, aka Miss Hulk, brise le quatrième mur pour aller s’adresser directement à Kevin Feige (personnifié par un algorithme répondant au nom de K.E.V.I.N.), afin de discuter du déroulement de sa série. Avec une scène qui dure trois minutes et trente secondes, She-Hulk remet totalement en cause le MCU : Pourquoi toujours le même dénouement ? Pourquoi se servir d’autres personnages dans une série consacrée à un héros précis ? Pourquoi ne pas diversifier le genre de programme ? Tant de questions posées par Miss Hulk à K.E.V.I.N., auxquelles l’intéressé tente de répondre. Mais avec cette scène, c’est la preuve que Marvel tente de se réinventer, et de continuer à s’étendre et à plaire au large public. Une auto-critique qui ne fait pas de mal.

Jennifer Walters (aka Miss Hulk) qui parle à l’algorithme K.E.V.I.N lors du final de She-Hulk. She-Hulk © Marvel Studios. Source : capture d’écran YouTube

Non, Marvel ne fait pas n’importe quoi

D’un point de vue personnel, il m’est évident que Marvel ne fait pas n’importe quoi. Au contraire, même. Avec des adaptations qui sont, c’est vrai, plus ou moins réussies, Marvel sait parfaitement où il va. Et il se permet même de rappeler que tout va bien en répondant, en chemin, aux critiques. Critiques, qui, au passage, attestent que Marvel n’est pas du cinéma. Eh bien, spoiler alerte : Marvel, c’est bel et bien du cinéma. D’ailleurs, Marvel apporte un grand plus au cinéma : il amène du monde dans les salles obscures, nous émerveille et nous sort de l’ordinaire. Parce que dans un monde où tout va mal, le cinéma permet d’apporter du réconfort, et de s’envoler, un instant durant, loin des problèmes. Bande-son sympathique, personnages attachants ou détestables, rebondissements, action, émotions… C’est ça, le cinéma ! Aussi, ce que Marvel a fait est du jamais vu dans l’histoire du cinéma : une épopée qui compte pas moins de 29 films, dont certains trônent au sommet du box-office ! Et malgré de petites incohérences, cette grande aventure continue pour le MCU, dont le grand patron, Kevin Feige, a planifié l’avenir pour une dizaine d’année au moins. Parce que Marvel ne fait pas n’importe quoi. Et même si vous n’êtes pas de cet avis, vous pouvez toujours regarder cette vidéo de la chaîne YouTube Amazing Shots, qui nous permet de constater la beauté des oeuvres Marvel :



Benjamin Laurencot