L'hebdo pop-corn
Vous ne savez pas quoi aller voir au cinéma ni quoi regarder tranquillement chez vous ? Tous les mercredis, retrouvez les films et séries à voir absolument !

L’hebdo pop-corn du mercredi 17 novembre 2021

Cette semaine, découvrez le réalisateur Scott Cooper dans deux registres différents, mais aussi une série fantasy et un drame sur les Big Pharma!

Benjamin Laurencot
Publié le 17 novembre 2021 à 18h00 6 minutes de lecture

Un peu d’horreur à l’affiche cette semaine, ainsi qu’une série et un film dramatique, accompagnés de magiciennes en mission !

Cinéma

La sortie de la semaine

Affamés

Réalisé par Scott Cooper

Durée : environ 1h 40min

Affamés © 20th Century Studios

Repoussé plusieurs fois à cause de la pandémie de COVID-19, le film d’horreur de Scott Cooper arrive enfin. Premier film d’horreur du réalisateur (il a déjà réalisé un western et deux thrillers), c’est une découverte pour ce dernier. Affamés est une adaptation de la nouvelle de Nick Antosca, The quiet boy (2019). Ce dernier a également aidé à l’écriture du scénario du film, étant lui-même scénariste.

L’histoire de Affamés (en anglais Antlers) se déroule aux États-Unis, dans une petite ville minière de l’Oregon. Centrée sur une jeune institutrice du nom de Julia (Keri Russel), l’intrigue amène l’héroïne à devoir enquêter sur un élève mystérieux issue d’une famille pauvre. Appuyée par la police locale, elle découvre que le jeune garçon est battu par sa famille. Mais elle découvre quelque chose d’encore plus horrible. En effet, la ville qui ravage l’environnement avec ses activités minières, est en proie au terrifiant Wendigo, une créature mystique et surnaturelle. Une série d’événements horribles va alors survenir…

Pourquoi on a hâte : Le long-métrage est produit par un adepte du fantastique et de l’horreur : Guillermo Del Toro. Au delà de ça, le film propose une nouvelle adaptation du mythe du Wendigo, cette créature issue du folklore amérindien. La production du film met aussi en avant sa direction de photographie, qui est censée donner le ton tout au long du film en jouant sur les contrastes de lumière.

Découvrez un avant-goût ici

Séries

Disney +

Dopesick

Réalisée par Danny Strong – 1 saison

Dopesick © 20th Television

Sortie des deux premiers épisodes cette semaine sur Disney +. Dans cette série, on suit l’histoire de plusieurs personnes (notamment un médecin) vivants dans une petite ville minière de Virginie, aux USA. En parallèle, on voit aussi les coulisses de la commercialisation de l’Odixoclorin, un médicament qui guérit les douleurs chroniques. Billy Cutler (Will Poulter) est envoyé par l’entreprise qui vend le médicament pour convaincre le docteur Finnix (Michael Keaton) de l’utiliser. Mais on comprend vite que l’entreprise derrière ce médicament ne voue pas des intentions louables,. Toute une investigation va se construire face à cet opiacé qui, malgré son efficacité, ruine la vie des gens…

À lire aussi ➔  L’hebdo pop-corn du mercredi 27 octobre 2021

Pourquoi il faut la regarder : Cette série retrace l’historique de la crise des opioïdes aux États-Unis. Cette bonne série à suspens est composée d’un très bon casting : Michael Keaton (Batman, Spider man : Homecoming) qui participe notamment à la production, Will Poulter (The Revenant, Le monde de Narnia), Rosario Dawson (Sin City, Men in black 2), entre autres. L’histoire est bien développée et se déroule sur plusieurs années, ce qui aide à comprendre l’affaire dans les détails.

La bande-annonce ici

Amazon Prime Video

La roue du temps

Réalisée par Rafe Judkins – 1 saison

La roue du temps © Amazon

Disponible à partir du 19 novembre. Adaptation des romans La roue du temps de Robert Jordan , cette série se déroule dans un univers fantasy. Dans ce monde ou la magie existe, seule les femmes sont capables de la maîtriser. Mais des forces maléfiques menacent de détruire le monde. Moiraine (Rosamund Pike), membre des Aes Sedai, un groupe de magiciennes, rassemblent un groupe de 4 personnes. Son but est de découvrir lequel d’entre eux est l’élu, celui qui détruira ou sauvera le monde…

Pourquoi on a hâte : Avec sa première série fantasy, Amazon tente sûrement d’anticiper la réaction du public face à la série du Seigneur des anneaux prévue pour fin 2022. C’est donc un essai pour la plateforme, avec l’adaptation de cette œuvre un peu moins connue aux yeux du grand public. Le réalisateur Rafe Judkins a déjà travaillé sur la série Les agents du SHIELD, mais il s’agit là de son premier projet en solitaire.

Par ici pour un aperçu.

Le focus de la semaine

Crazy Heart

Réalisé par Scott Cooper (2003)

Durée : environ 1h 50min

Crazy Heart © 20th Century Studios

Dans un tout autre registre que Affamés qui sort en salle cette semaine, Scott Cooper a réalisé en 2010 Crazy Heart, un film adapté du roman du même nom écrit par Thomas Cobb paru à titre posthume (1987).

À lire aussi ➔  L'hebdo pop-corn du mercredi 03 novembre 2021

Inspiré également de la vie de plusieurs musiciens de country (Jack Eliott et Hank Thompson), ce long-métrage raconte l’histoire de Bad Blake (Jeff Bridges), un musicien country en pleine perdition : alcoolique, après 4 mariage ratés, ces albums ne se vendent plus. Il est contraint de donner des concerts dans des trous perdus. La cause ? Son ancien protégé, Tommy Sweet (Colin Farrell) est devenu une star. Ce dernier, à qui il a tout appris, est devenu célèbre en interprétant les chansons de son mentor. Mais un jour, lors d’une interview, Bad rencontre Jean (Maggie Gyllenhaal), une journaliste divorcée qui a un enfant de 4 ans, Budy. Le chanteur va alors tomber amoureux d’elle et nouer des liens paternels avec Budy. Mais leur relation va s’avérer difficile avec l’alcoolisme du chanteur. Après s’être séparés, Blake suit une cure et change du tout au tout. Il tente même de se rapprocher de son fils qu’il a abandonné il y a 24 ans. Finalement, le héros se réconcilie avec son disciple Tommy en acceptant de collaborer avec lui.

Ce qu’on a aimé : Le charisme de Bad Blake, la bande son country qui nous transporte dans les états du Sud des États-Unis.

Ce qu’on a pas aimé : L’histoire d’une star qui sombre dans l’alcoolisme fait un peu trop cliché. La relation vraiment instable entre Blake et Jean. La scène où Blake perd Budy dans le bar en étant alcoolisé alors qu’il n’a pas bu un verre.

Pourquoi il faut l’avoir vu : Vainqueur de deux oscars en 2010 pour la meilleure chanson (The weary kind) et le meilleur acteur (Jeff Bridges, aussi connu pour son rôle dans The Big Lewoski), le film est relativement bon. Il s’inscrit dans la lignée des autres bons films du genre, comme Walk the line de James Mangold (dont on parle ici) . La bande-son composée uniquement de morceaux country composés par T-Bone Burnett est marquante. Ce n’est d’ailleurs pas un hasard si ce film est centré sur le genre musical country. En effet, il est censé rendre hommage à ce style musical apprécié par le réalisateur, Scott Cooper.

Un extrait avec la bande-annonce



Benjamin Laurencot

Laisser un commentaire