Portraits

FOXAR : Apprendre et enseigner grâce à la réalité augmentée

Et si la réalité augmentée permettait d’améliorer notre façon d’apprendre ou d’enseigner ? C’est ce que développe Louis Jeannin, co-fondateur de Foxar.

Louise Jeannin
Publié le 30 juillet 2021 à 7h02 | Dernière mise à jour le 9 août 2021 à 18h37
4 minutes de lecture

Vous avez souvent eu l’impression que la science, les mathématiques étaient abstraites ? Avec FOXAR, tout sera différent ! Louis Jeannin et Nicolas Caligiuri, cofondateurs de l’application FOXAR, sont étudiants-entrepreneurs. Ils développent leur application proposant des maquettes en réalité augmentée pour pouvoir tout expliquer simplement.

Après être passé par une école d’ingénieur Arts et Métiers puis un master Recherche en réalité virtuelle et réalité augmentée à Chalon-sur-Saône, Louis Jeannin et Nicolas Caligiuri veulent tous les deux se lancer dans un projet “qui fait sens”. “À la fin de nos études, on avait très envie de créer notre propre entreprise, d’avoir un projet qui a du sens et qui se veut utile”, explique Louis. C’est pourquoi ils choisissent de travailler pour le domaine de l’éducation et de la formation.

“Dès le début, on s’est tournés vers les dispositifs qui accompagnent les entrepreneurs, les créateurs de start-up” assure le jeune homme. Le premier acteur qui les a accompagné et qui les accompagne toujours dans l’aventure est Nicéphore Cité, le pôle d’ingénierie numérique de Chalon-sur-Saône. “Ils nous ont bien accompagné et conseillé dès l’été 2018 et nous ont envoyé vers d’autres acteurs, dont l’incubateur régional DECA BFC“. Ces derniers sont basés à Dijon et à Besançon, un réel appui pour les jeunes start-up dans la recherche publique, comme FOXAR.

Apprendre, c’est d’abord comprendre

Maquette en réalité augmentée – Capture d’écran sur le site de Foxar

Apprendre, c’est d’abord comprendre. Et comprendre, c’est d’abord visualiser concrètement. D’où le projet FOXAR. “L’idée est de concevoir des maquettes pédagogiques en 3D, en mouvement et interactives.

À lire aussi ➔  Journée des droits des femmes : l’ancienne étudiante bisontine, Aurélie Bresson rendra hommage à Alice Milliat

Des maquettes virtuelles, qu’on peut visualiser grâce à la réalité augmentée (une technologie qui permet d’intégrer des images visuelles en trois dimensions et en temps réel, NDLR). “Comme si elles étaient réellement présentes devant nous” explique Louis. “Ça permet de s’approcher de la maquette, de tourner autour pour l’explorer. Ce qui donne une bien meilleure représentation et illustration de tous les points du programme scolaire qui peuvent paraître un peu abstraits, mais qu’on peut rendre beaucoup plus tangibles grâce ce dispositif”.

Un moyen de visualiser les concepts et les objets afin de mieux les comprendre et se les approprier. De la primaire, en passant par le collège et jusqu’au lycée, les élèves pourront s’emparer de ces notions parfois complexes grâce à Foxar.

Schéma expliquant le projet FOXAR

Un projet co-construit avec l’éducation nationale et la recherche publique

Depuis trois ans, Louis et Nicolas ont recours à un système de co-construction pour leur projet. D’un côté, ils collaborent avec l’Éducation nationale, surtout des chefs d’établissements, mais aussi des inspecteurs, des enseignants et des élèves dans le but de comprendre leurs besoins.

De l’autre côté, ils travaillent avec la recherche publique spécialisée en psychologie cognitive, dont deux laboratoires : le LEAD (Laboratoire d’Etude de l’Apprentissage et du Développement) à Dijon et le LP3C (Laboratoire de Psychologie : Cognition, Comportement, Communication) à Rennes. “Là-bas on y étudie la façon dont le cerveau comprend et apprend” précise Louis. Grâce à ces deux laboratoires, les deux jeunes entrepreneurs peuvent améliorer l’ergonomie de leur application pour smartphone et tablette. “Le but de l’application, c’est qu’elle soit spontanée et facile d’accès pour les élèves et les enseignants”, insiste le jeune homme.

À lire aussi ➔  #EtudiantsSansMaster : entre licences surdimensionnées, manque de place en master et sélection obscure

Pourquoi le nom FOXAR ?

-AR vient de “Augmented Reality” (Réalité augmentée) et FOX- est une référence à un de nos premiers projets avec Nicolas. On utilisait pour faire nos démos un petit renard, une petite veilleuse. C’est un peu devenu notre mascotte !

Louis Jeannin
Logo de FOXAR ©

Du côté des parents d’élèves

Louis et Nicolas sont également preneurs de l’avis des parents d’élèves. “En effet, on cherche à discuter avec des parents d’élèves qui seraient intéressés par ce qu’on fait afin d’avoir leur avis sur notre application. Cela nous permettrait de savoir ce que l’on pourrait ajouter ou améliorer dans notre projet”.

Si vous êtes concernés, vous pouvez les contacter via leur site internet foxar.fr ou via cet e-mail de contact : contact@foxar.fr


Louise Jeannin

Laisser un commentaire