Politique

Un débat sur l’islam de moins en moins compréhensible

Le terme “islamo-gauchiste” est utilisé depuis le début des années 2000. Son usage principal : une insulte des politiques de droite. D’un autre côté, les politiques de gauche répliquent avec des accusations d’islamophobie.

Rémy Girardin
Publié le 10 mai 2021 à 7h00
3 minutes de lecture

L’islamo-gauchisme est au cœur des débats depuis la déclaration de Frédérique Vidal le 14 février 2021. Pourtant, le terme en question est utilisé depuis le début des années 2000. Son usage principal : comme insulte de la politique de droite, puis utilisé par des membres de la gauche républicaine. Les personnes visées sont en majorité des membres d’extrêmes gauches, accusés d’être alliés à l’islamisme. D’un autre côté, la politique gauchiste réplique, avec des accusations d’islamophobie.

L’islamo-gauchisme, des points faciles pour la droite

Que ce soit au cours des débats politiques animés ou non, le terme islamo-gauchiste est utilisé comme un outil de bataille idéologique. Et ce depuis de nombreuses années. Le président de la Ligue des Droits de l’Homme de 2000 à 2005, Michel Tubiana, est l’un des premières victimes du terme “islamo-gauchiste”. Les années passent, le terme devient de plus en plus populaire, devenu arme de prédilection de la droite envers les membres de la gauche. Des islamologues tels que Gilles Kepel estiment que le pays a affaire à une nébuleuse “islamo-gauchiste” qui touche même certains partis comme la France Insoumise. Jean-Luc Mélenchon, président du groupe, s’est déjà vu se faire insulter de la sorte.

Pendant l’entre-deux-tours des primaires de la gauche pour les élections présidentielles de 2017, Malek Boulith affirme que “Benoît Hamon est en résonance avec une frange islamo-gauchiste”.

L’islamophobie, contre favori de la gauche

La réplique de la gauche face aux accusations d'”islamo-gauchisme” ? L’islamophobie. Un autre terme lié à l’islam, utilisé pour dénoncer les hostilités envers les musulmans. L’échange n’est pas à sens unique dans le débat autour de l’islam. La députée française Clémentine Autain rend coup pour coup. « L’islamophobie est montante en France et pousse le pays vers une situation dangereuse au seuil d’une guerre civile », estime-t-elle. Sans donner de noms précis, elle reste persuadée que la position et les déclarations de la droite, ainsi que de l’extrême droite, forment à l’heure actuelle un climat de haine. Cependant, ce mot fait mal dans les rangs de la droite. En 2017, une ancienne élue FN est exclue pour ses messages islamophobes. Marine Le Pen n’aboie pas sans subir de réprimandes. La description qu’elle a faite du CCIF (collectif de fondamentalistes islamistes) n’est pas tombée dans l’oreille d’un sourd. Elle est mise en examen.

À lire aussi ➔  Islamo-Gauchisme : qu'en pensent les jeunes musulmans ?

La question de l’islam fait perdre bien des têtes

L’islam est au cœur des discussions sur l’avenir du pays, politiques ou non. Comment faut-il procéder ? Qui a raison ou a tort entre la droite et la gauche ? Difficile de répondre quand les partis eux-mêmes ne savent plus où donner de la tête. La gauche est plus fracturée que jamais. L’islamophobie et l'”islamo-gauchisme” n’y sont pas pour rien. Le 10 novembre 2019, une marche contre l’islamophobie a lieu. Que fait la gauche ? Plutôt que de se serrer les coudes et faire de cette journée une date importante, elle se fracture encore. Le Parti socialiste n’y participe pas. Ce qui est resté dans les mémoires : la participation de Jean-Luc Mélenchon. Triste jour pour la marche contre l’islamophobie. Bien souvent, le débat politique se résume à une lutte entre islamophobes et “islamo-gauchistes”. Cela nuit à la lutte contre la haine envers les musulmans, la réflexion s’embrouille et s’engouffre, lentement mais sûrement, dans le flou total.


Rémy Girardin

Islamo-gauchisme à l'Université : le dossier

Le 14 février 2021, la ministre de l’Enseignement Supérieur, Frédérique Vidal, annonce qu’elle lance une enquête confiée au CNRS sur l'islamo-gauchisme et le post-colonialisme à l’Université. Une semaine plus tard, Jean-Michel Blanquer rajoute que l'”islamo-gauchisme fait des ravages à l’Université”. Mais finalement, quelqu’un a-t-il pu un jour donner une description claire et précise d’un islamo-gauchiste ? La Loop a enquêté pour tenter d’éclairer ce sombre débat…

Laisser un commentaire