Politique

Quid de l’islamo-gauchisme : définitions et origine

Le débat sur l’islamo-gauchisme à l’université, lancé par Frédérique Vidal, interroge d’abord sur la définition du terme et son origine. Éléments de réponse.

Loris Trullard & Laurie Essel
Publié le 10 mai 2021 à 7h00
4 minutes de lecture

Le terme d’islamo-gauchiste existe depuis 2002. Il a été employé pour la première fois par le politologue, sociologue et historien des idées Pierre-André Taguieff dans son essai La Nouvelle Judéophobie. Il est employé dans cet ouvrage suite à des manifestations pro-palestiniennes où des militants d’extrême-gauche « anti-impérialistes » ont défilé aux côtés d’islamistes radicaux. Jean-Michel Blanquer, ministre de l’Éducation Nationale, a relancé le débat sur l’utilisation de cette notion en octobre 2020 en assurant que “ce qu’on appelle islamo-gauchisme fait des ravages à l’université”. Frédérique Vidal l’a rapidement suivi en demandant une enquête sur l’islamo-gauchisme dans l’enseignement supérieur.

Pour mieux comprendre ce qu’est l’islamo-gauchisme, il faut partir de sa compréhension lorsque celui-ci est employé. Tout d’abord, le terme “islamo-gauchisme” est difficile à définir dans un sens précis tant il est complexe. Pour le linguiste Albin Wagener, enseignant chercheur à l’université Rennes 2 et à l’Inalco, l’emploi de ce terme par Jean-Michel Blanquer est une “agression verbale”. Pour lui, ce terme est comme une “injure” et un “terme miroir” qui permet de positionner ceux qui l’emploient. “C’est tout aussi ridicule que si on qualifiait le camp adverse de christiano-droitisme“. Il souligne également l’ambiguïté dans l’emploi de ce terme : le mot “islamo” peut signifier “islam” ou “islamisme”. De ce fait, un individu lambda qui emploie ce terme peut se faire sa propre idée de ce qu’est l’islamo-gauchisme.

Une apparition récente dans la langue

Ce terme islamo-gauchisme est un néologisme, c’est-à-dire un mot nouveau ou apparu récemment dans une langue, venant du phénomène de “néologie”. Le néologisme existe sous trois distinctions : 

  • Le néologisme de forme : un mot nouveau dans le sens où il n’existe pas (par exemple, le mot “courriel” en informatique, pour e-mail et pour courrier électronique).
  • Le néologisme d’emprunt lexical d’un mot étranger sans modification ou avec une adaptation minime à la langue. 
  • Le néologisme de sens, appelé aussi néosémie : l’emploi d’un mot existant dans le lexique d’une langue dans un sens nouveau (par exemple, le mot “virus” qui passe de l’emploi en biologie à un emploi en informatique).
À lire aussi ➔  La boîte à outils de votre rentrée universitaire !

On peut donc dire que le terme islamo-gauchisme est un néologisme de forme dans le sens où il a été inventé en tant que tel. De plus, il a beaucoup été employé en politique. En 2008, il a été repris par le philosophe revendiquant de gauche Bernard-Henri Lévy, puis en 2012 par Marine Le Pen. Il fut employé également pendant la campagne présidentielle de 2017, où Manuel Valls et Benoît Hamon se sont écharpés à ce sujet car Benoît Hamon était accusé de complaisance avec “la mouvance islamo-gauchisme” par l’entourage de Manuel Valls.

Finalement, on se rend compte que les définitions que l’on donne de l’islamo-gauchisme demeurent controversées aujourd’hui, car elles ne reposent sur aucune réalité scientifique pour certains, ou ne servent que d’arme rhétorique pour d’autres.

Et l’islamophobie ?

Quand on parle d’islamo-gauchisme, on parle aussi d’islamophobie. Ces deux termes sont souvent employés en opposition. En effet, l’islamophobie est un mot polysémique. Il peut désigner la peur irrationnelle via le mot “phobie”, mais également une crainte de l’islam et/ou des musulmans. La définition de ce terme fait l’objet d’âpres de débats dans le monde entier. Le terme “islamophobie” est né dans la première moitié du vingtième siècle et son emploi est devenu fréquent au cours des années 2000. 

L’islamophobie est un terme qui recouvre de nombreuses significations suivant les locuteurs, les milieux, mais également le contexte dans lequel il est employé. Il est souvent employé pour désigner la haine supposée de l’islam comme dans le journal Le Reflet où le terme “islamophobie” désigne “des attaques sataniques et intolérables contre l’islam” lors de l’affaire des caricatures de Mahomet. Dans les pays occidentaux, l’islamophobie peut désigner une attitude xénophobe, à l’égard des musulmans et par amalgame, des résidents et nationaux d’origine arabe ou maghrébine.

À lire aussi ➔  Islamo-Gauchisme : qu'en pensent les jeunes musulmans ?

Une étude de Runnymede Trust, groupe de réflexion sur l’égalité raciale, utilise le terme “islamophobique” pour caractériser un certain point de vue sur la religion musulmane. Selon le rapporteur des Nations Unies, Doudou Diène, l’islamophobie se “réfère à une hostilité non fondée et une peur envers l’islam, et en conséquence la peur et l’aversion envers ceux qui se réclament de cette mouvance”.

Pour Thomas Deltombe, journaliste et essayiste ayant collaboré avec Le Monde Diplomatique et les éditions La Découverte, on doit bien distinguer deux positions sur les définitions possibles pour l’islamophobie : tout d’abord, l’islamophobie de type raciste, c’est-à-dire “musulman” comme catégorie ethnique, et la critique légitime des dogmes religieux, quels qu’ils soient. Pour lui, l’islamophobie pourrait soit désigner un racisme, soit la critique de la religion musulmane.

Pour terminer, un islamo-gauchiste est un partisan de l’islamo-gauchisme. Qualifier une personne d’islamo-gauchiste peut être considéré comme une injure et comme un moyen de disqualifier les défenseurs des droits de l’homme, un « oxymore disqualifiant ».


Loris Trullard & Laurie Essel

Islamo-gauchisme à l'Université : le dossier

Le 14 février 2021, la ministre de l’Enseignement Supérieur, Frédérique Vidal, annonce qu’elle lance une enquête confiée au CNRS sur l'islamo-gauchisme et le post-colonialisme à l’Université. Une semaine plus tard, Jean-Michel Blanquer rajoute que l'”islamo-gauchisme fait des ravages à l’Université”. Mais finalement, quelqu’un a-t-il pu un jour donner une description claire et précise d’un islamo-gauchiste ? La Loop a enquêté pour tenter d’éclairer ce sombre débat…

Laisser un commentaire