Politique

Joseph Pinard : « l’islamo-gauchisme est une forme de néoracisme »

Rencontré à son domicile dans une petite rue calme de Besançon, Joseph Pinard revient sur le terme d’islamo-gauchisme. L’ancien député PS du Doubs se penche sur l’origine de cette notion et sa signification.

Propos recueillis par Loris Trullard et Laurie Essel
Publié le 10 mai 2021 à 7h00 | Dernière mise à jour le 27 mai 2021 à 15h01
2 minutes de lecture

À la rencontre de Joseph Pinard, l’ancien député PS du Doubs revient sur l’origine et la signification du terme islamo-gauchisme.

La Loop : Selon vous, l’islamo-gauchisme existe-t-il vraiment ? 

Joseph Pinard : Je crois que ça existe. Ce qui me frappe, c’est le fait que dans la population il y a une catégorie de gens qui se veulent l’incarnation du bien. Ils ont de la commisération pour ceux qui se trouvent dans des situations injustes. Pour sa définition, je me réfère à Pierre-André Taguieff. L’islamo-gauchisme peut être considéré comme une forme de néoracisme, de racisme inversé.

Mais d’où provient ce concept d’islamo-gauchisme ?

À l’origine, ces personnes (qui se veulent l’incarnation du bien) se sont placées comme les défenseurs de la classe ouvrière. Celle-ci était à leurs yeux, victime d’une oppression injuste, et il n’avait pas tort. Mais cette classe ouvrière leur a échappé. D’abord parce qu’elle s’est balkanisée, puis elle a basculé dans une large proportion vers l’extrême droite. À ce moment-là, les gens qui ressentent le besoin d’avoir une cause à défendre ont transféré le soutien accordé à la classe ouvrière sur les musulmans ou plus globalement les ex-colonisés.

Et alors, comment reconnaître un islamo-gauchiste ?

Regardons ce qu’il s’est passé lors de l’élection d’un prêtre et théologien président de l’université à Strasbourg. L’Unef, qui avait fait alliance avec l’association des étudiants musulmans de Strasbourg, a protesté contre l’élection du prêtre. Ils ont dit : “une personne qui prête allégeance au Vatican n’est pas possible pour l’image de l’université publique”. Ces mêmes personnes auraient hurlé pour une petite croix un peu visible portée par une mère accompagnant des enfants en voyage scolaire, tout en défendant des femmes voilées accompagnées pour ces mêmes voyages. Ce n’est pas logique. Je suis extrêmement triste sur ce qui se passe à l’Unef.


Propos recueillis par Loris Trullard et Laurie Essel

Islamo-gauchisme à l'Université : le dossier

Le 14 février 2021, la ministre de l’Enseignement Supérieur, Frédérique Vidal, annonce qu’elle lance une enquête confiée au CNRS sur l'islamo-gauchisme et le post-colonialisme à l’Université. Une semaine plus tard, Jean-Michel Blanquer rajoute que l'”islamo-gauchisme fait des ravages à l’Université”. Mais finalement, quelqu’un a-t-il pu un jour donner une description claire et précise d’un islamo-gauchiste ? La Loop a enquêté pour tenter d’éclairer ce sombre débat…

Laisser un commentaire