Le mensuel pop-corn
Vous ne savez pas quoi aller voir au cinéma ou à la télé chez vous ? Une fois par mois, retrouvez les films et séries à voir absolument !

L’hebdo pop-corn mercredi 29 décembre 2021

Benjamin Laurencot
Le 30 décembre 2021 à 10h27

The Book of Boba Fett © Lucasfilm Ltd. Source : phonandroid.com

C'est le dernier hebdo pop-corn de l'année ! On finit cette année en beauté avec la sortie de The Kingsman : Première Mission. L'occasion de replonger dans le classique film d'espionnage, James Bond : Bons baisers de Russie ! Côté série, c'est la fête : Le Livre de Boba Fett débarque sur Disney +, tout comme la saison 4 de Cobra Kaï sur Netflix !

Cinéma

La sortie de la semaine

The Kingsman : Première mission

Réalisé par Matthew Vaughn

Durée : environ 2h10

The Kingsman : Première mission © 20th Century Studios. Source : allocine.fr

Le réalisateur britannique Matthew Vaughn a déjà réalisé les films à succès Kingsman : Services secrets (2015) puis Kingsman : Le cercle d’Or (2017), adapté des comics Kingsman de Mark Millar et Dave Gibbons. Mais pour le troisième film de la franchise, le réalisateur souhaitait réaliser un film plus spectaculaire et plus sérieux que les deux premiers. C’est donc une préquelle racontant les origines de l’organisation Kingsman qu’il a choisi de mettre en scène. Se déroulant à l’époque de la Première Guerre Mondiale, le film mettra en scène de nouveaux héros. Exit donc les personnages de Eggsy (Taron Egerton) et Harry (Colin Firth), qui ont rythmé les deux précédents films.

Comme dit précédemment, l’intrigue se déroule durant la Première Guerre Mondiale. On y retrouve les agents de l’organisation Kingsman (les services de renseignements britanniques) à leur tout début. La première mission de l’organisation n’est pas des moindres, puisqu’il s’agît de sauver le monde. En effet, un conglomérat de « méchants » emmenés par le célèbre Raspoutine (Rhys Ifans) a pour projet de nuire au monde entier. Le duc d’Oxford (Ralph Fiennes), Polly (Gemma Arterton), Conrad (Harris Dickinson) et les autres, arriveront-ils à sauver le monde ?

Pourquoi on a hâte : Véritables films d’action et d’espionnage qui rajoutent aussi un peu d’humour, les Kingsman sont des bons films. Si le réalisateur Matthew Vaughn (Kick-Ass, X-Men : Le commencement) utilise la même recette que lors des précédents films, cela risque de faire mouche : humour à gogo, personnages charismatiques et attachants, scènes d’actions bluffantes (et un peu sanglantes)… Espérons donc que le contexte historique du film et les nouveaux personnages ne dénaturent pas l’ADN du film. On attend également au tournant la prestation de Rhys Ifans (Harry Potter et les Reliques de la Mort, The Amazing Spider-Man) en Raspoutine, qui s’annonce intéressante.

L’anecdote : Souhaitant réaliser un film aussi impressionnant que Lawrence d’Arabie (1962), Matthew Vaughn a voulu mettre en scène la Première Guerre Mondiale. Influencé par le documentaire Pour les soldats tombés (2018) de Peter Jackson, il a voulu représenter la guerre autrement que ce qui est encré dans l’imaginaire collectif (noir et blanc, sombre). On devrait donc retrouver des couleurs et de jolis paysages au cœur de la guerre.

La bande-annonce explosive de Kingsman : Première mission :

Séries

Disney +

The Book of Boba Fett

Réalisée par Dave Filoni et Jon Favreau – 1 saison

The Book of Boba Fett © Lucasfilm Ltd. Source : gamergen.com

Après le succès de The Mandalorian qui a permis à Disney + un bon lancement en France, la seconde série Star Wars en live action fait son arrivée. Apparu dans The Mandalorian alors qu’on le croyait mort dans Star Wars épisode VI : Le Retour du Jedi, Boba Fett (Temuera Morisson) est de retour. Après avoir survécu au terrible Sarlacc, le chasseur de primes préféré des fans de la saga intergalactique est en quête de vengeance. Avec son acolyte Fennec Shand (Ming-Na Wen), il va tenter de s’emparer du trône laissé vacant par le défunt parrain de la pègre galactique, Jabba le Hutt. Mais de nombreuses années après sa présumée mort, le chasseur de primes va découvrir que le monde sableux de Tatooine a bien changé…

Pourquoi on a hâte : Depuis l’arrivée de Disney +, la firme aux grandes oreilles de souris a de grands projets pour la saga Star Wars. Avec deux séries à succès (The Mandalorian, Bad Batch) et la dernière saison de Clone Wars, l’univers Star Wars est bien exploité. De plus, une flopée de nouvelles séries sont prévues pour les années à venir (Kenobi, Andor, Ashoka…). Mais qu’espérer de mieux qu’un spin-off sur l’un des personnages les plus apprécié de la saga, qu’on a tous cru mort ? Avec une trame sur fond de vengeance, on a aussi hâte de retrouver la planète Tatooine (qu’on a vu dans quelques épisodes de The Mandalorian), là où tout a commencé ! Enfin, après The Mandalorian et son succès, le retour de Dave Filoni (Star Wars : Rebels, The Clone Wars) et Jon Favreau (Iron Man, Cowboys et Envahisseurs) aux commandes s’avère être une bonne nouvelle.

Un aperçu de la nouvelle série se déroulant dans l’univers de Star Wars :

Netflix

Cobra Kaï

Réalisée par John Hurwitz, Hayden Schlossberg et Josh Heald – 4 saisons

Cobra Kaï © Netflix. Source : cnetfrance.fr

Série qui marche plutôt bien auprès du public, Cobra Kaï arrive sur Netflix le 31 décembre avec une quatrième saison. La série est la suite de la trilogie Karaté Kid, elle se déroule trente ans après. Après avoir rouvert le dojo Cobra Kaï dans la première saison, Johnny Lawrence (William Zabka) veut retrouver la rivalité avec son vieil ennemi Daniel LaRusso (Ralph Macchio). Mais dans cette quatrième saison, les deux rivaux et leurs élèves vont être contraints de s’allier face à un ennemi : Kreese (Martin Kove), l’ancien maître de Johnny Lawrence. En effet, cet ennemi prend le contrôle du dojo Cobra Kaï… Les héros parviendront-ils à reprendre le dojo avec cette association inédite ?

Ce qu’on en pense : Dans l’attente de cette nouvelle saison, on est sceptique. Après une première saison très alléchante, les deux autres ont un peu eu tendance à tourner en rond et à se reposer sur les acquis de la première. Mais le retour de Martin Kove (Rambo II : La Mission, Once upon a time… In Hollywood) en Kreese, méchant de la trilogie Karaté Kid s’avérera peut-être être une bonne chose. Espérons que cette saison rencontre son succès, car la saison 5 a déjà été tournée !

Une petite mise en bouche de la saison 4 :

https://www.youtube.com/watch?v=iHYxAb5H_T4

Le focus de la semaine

James Bond : Bons baisers de Russie

Réalisé par Terence Young (1964)

Durée : environ 2h

James Bond : Bons baisers de Russie © EON Productions et MGM . Source : allocine.fr

La sortie en salle de Kingsman : Première Mission est l’occasion idéale de revenir sur un classique du film d’espionnage : James Bond : Bons Baisers de Russie. Sorti en 1964, Ce James Bond est le deuxième des 25 films adaptés des romans de Ian Flemming. C’est le second et avant-dernier film de la franchise réalisé par le britannique Terence Young. C’est aussi la seconde apparition du charismatique Sean Connery (Pas de printemps pour Marnie, Indiana Jones et la Dernière Croisade).

La trame se déroule dans un contexte de Guerre froide, dans les années 1960. Après l’échec des plans du Dr. No dans le premier James Bond (1962), l’organisation SPECTRE souhaite se venger de James Bond (Sean Connery) et du MI6 (les renseignements Anglais). Pour se faire, l’organisation va engager Tatiana Romanova (Daniela Bianchi), qui va tenter de séduire James Bond pour faire échouer sa mission. La mission de l’agent secret est de récupérer une machine qui déchiffre les messages codés, conçu par les Soviétiques. Mais l’agent Russe tombe réellement sous le charme de James Bond lorsqu’ils se rencontrent en Turquie. Là-bas, Ali Kerim Bey (Pedro Armendariz), un allié de 007, va l’aider à s’emparer de la machine en question. L’agent Russe qui devait stopper l’agent britannique va finalement l’aider à échapper aux méchants…

Ce qu’on a aimé : La performance mythique de Sean Connery, qui était vraiment fait pour ce rôle. Les scènes d’action sont assez bien réalisées, et le thème principal est toujours un plaisir à entendre !

Ce qu’on n’a pas aimé : La dernière scène d’action du film, qui donne directement sur la fin du film avec le générique. Ce qui donne l’impression que la chute est trop brutale et pas développée. Le passage du film dans le train est assez long. Enfin, le personnage de Tatiana Romanova qui est présenté comme assez fragile et qui reste le cliché de la James Bond Girl.

Pourquoi il faut l’avoir vu : Au delà d’être incarné par Sean Connery, James Bond : Bon Baisers de Russie est considéré par les critiques comme l’un des meilleurs épisode de la longue franchise. Grand classique du cinéma des années 60 (comme Le Jour le plus Long, les Westerns de Sergio Leone ou encore Fantômas en France), c’est un des films qui a participé au fondement du mythe de l’espion modèle : un agent charismatique, des femmes d’une grande beauté, des gadgets derniers-cris (pour l’époque)… Tant d’éléments qui semblent aujourd’hui si représentatif quand on évoque le mot « espion » ou « agent-secret ». S’il ne fallait voir que quelques James Bond, celui-ci serait incontournable !

L’anecdote : Si James Bond a connu moult interprètes (de Sean Connery à Daniel Craig en passant par Roger Moore entre autres), son plus grand adversaire a aussi eu plusieurs interprètes. En effet, pas moins de six acteurs ont portés à l’écran les traits de Ernst Blofeld, membre de l’organisation SPECTRE. Dans cet opus ainsi que dans Opérations Tonerre (1965), c’est Anthony Dawson qui incarne le personnage (seulement physiquement, car la voix du personnage n’est pas la sienne!).

Replongez dans ce classique du film d’espionnage :



Benjamin Laurencot