Le mensuel pop-corn
Vous ne savez pas quoi aller voir au cinéma ou à la télé chez vous ? Une fois par mois, retrouvez les films et séries à voir absolument !

L’hebdo pop-corn du mercredi 05 janvier 2022

Pour cette première semaine de l'année, on retrouve cinq espionnes dans 355, écrit par le réalisateur de Sherlock Holmes ! Du côté du petit écran, Disney + et Netflix proposent deux séries évoquant des relations compliquées entre parents et enfants avec Touch et The Club !

The 355 © SND. Source : imdb.com

Benjamin Laurencot
Le 5 janvier 2022 à 18h55

Cinéma

La sortie de la semaine

355

Réalisé par Simon Kinberg

Durée : environ 2h

355 © SND. Source : allocine.fr

Après The Kingsman : Première mission la semaine dernière, c’est un autre film d’espionnage qui est à l’affiche cette semaine. Co-écrit avec Theresa Rebeck et réalisé par Simon Kinberg (qui a écrit les scénarios de plusieurs X-Men ou encore la série Star Wars Rebels), ce film est notre première attente pour cette année 2022.

Comme dans tout bon film d’espionnage ou d’action qui se respecte, il y a toujours un méchant/une organisation qui a pour but de dominer le monde, ou de s’enrichir par le mal. Heureusement, plusieurs agences de renseignements à travers le monde mettent leurs agentes sur le coup. Ainsi, après qu’une arme technologique ait été localisée à Paris, les agentes sont dépêchées sur place pour empêcher une catastrophe. Mais qu’est-ce qui garantit qu’une des espionnes ne s’en servira pas à mauvais escient ?

Pourquoi on a hâte : Les films écrits par Simon Kinberg ont rarement déçu la critique (sauf X-Men : Dark Phoenix (2019), mais c’est l’exception qui confirme la règle ?), donc le scénario tiendra sûrement la route. De plus, il devrait y avoir pas mal d’action ! Hors supposition, on a cette-fois un casting presque exclusivement féminin, composé de noms ronflants. On y retrouve en effet Penélope Cruz (Vicky Cristina Barcelona, Pirate des Caraïbes, Cartel), Diane Kruger (Troie, Benjamin Gates, Inglorious Basterds), Jessica Chastain (La couleur des Sentiments, Zero Dark Thirty, Seul sur Mars), Lupita Nyong’o (Twelve Years as a Slave, Black Panther, Star Wars) ou encore le charismatique Sebastian Stan (Captain America, Seul sur Mars, Gossip Girls). On espère que ce film sera à la hauteur de son casting !

L’anecdote : Incarné par Diane Kruger, le personnage de Marie, l’agent allemande, devait à l’origine être interprété par Marion Cotillard ! Malheureusement, l’actrice française a dû refuser le rôle pour des raisons personnelles…

La bande-annonce ici :

Séries

Disney +

Touch

Réalisée par Tim Kring – 2 saisons (2012-2013)

Touch © FX Studios. Source : ecranlarge.com

Jake (David Mazouz) est un garçon d’une dizaine d’années qui est autiste. Depuis la mort de sa mère, son père Martin (Kiefer Sutherland) essaye de communiquer avec son fils, mais le contact avec ce dernier au quotidien n’est pas évident. Mais un beau jour, il découvre que son fils a un don : il peut lier certains événements entre eux alors qu’ils semblent n’avoir rien en commun, à l’aide de suites de numéros. Plus tard, Jake rencontre Amelia (Saxon Sharbino), une jeune fille qui a un don semblable au sien. Mais un laboratoire essaye de capturer les gens comme eux pour tenter de lire l’avenir…

Pourquoi on a hâte : Malgré une annulation de la série au bout de deux saisons, l’intrigue de la série semble un peu sortir de l’ordinaire. Le don des personnes représentées à l’écran est lié aux mathématiques (pour une fois que ce ne sont pas des superpouvoirs !), ce qui peut donner une façon originale de voir les choses. On notera aussi la présence de Kiefer Sutherland (Stand by me, Des hommes d’honneur, 24 heures chrono) dans l’un des rôles principaux de la série. Enfin, le créateur de la série, Tim Kring, n’en est pas à son coup d’essai : il a également créé la très bonne série fantastique Heroes (2006-2010) !

Un aperçu par ici :

Netflix

The Club

Réalisée par Zeynep Gunay Tan – 2 parties

The Club © Netflix. Source : senscritique.fr

La seconde partie de cette production Netflix débarque le 6 janvier sur la plateforme. Se déroulant à Istanbul, en Turquie, dans les années 1950, cette série raconte l’histoire de Matilda. C’est une mère qui travaille dans un night club. Elle essaye d’établir de bonnes relations avec sa fille. En effet, elle tente de rattraper le temps perdu avec elle, car elle n’a pas pu l’élever…

Pourquoi on a hâte : Après une première partie plutôt surprenante, la série turque revient avec une seconde partie qui, on l’espère, sera à la hauteur de la première. Relativement émouvante, et avec une thématique originale, la série peut continuer sur sa lancée et rester une petite pépite.

Un extrait de la série :

Le focus de la semaine

Sherlock Holmes

Réalisé par Guy Ritchie (2009)

Durée : environ 2h

Sherlock Holmes © Warner Bros. Source : allocine.fr

Dans un registre à peine plus léger que 355, Simon Kinberg a écrit le scénario de Sherlock Holmes, sorti en 2009. Cette version adaptée des romans de Sir Arthur Conan Doyle met en scène Robert Downey Jr. (Chaplin, Iron Man) dans le rôle de Sherlock Holmes et Jude Law (Le talentueux Mr. Ripley, A.I Intelligence Artificielle) dans celui de John Watson. Le film est réalisé par Guy Ritchie, réalisateur britannique notamment connu pour Snatch (2000) ou encore The Gentlemen (2019). Ayant eu le succès escompté, le film a eu droit à une suite, mais le scénario n’a cette fois pas été écrit par Simon Kinberg, mais toujours réalisée par Guy Ritchie : Sherlock Holmes : Jeu d’ombres (2011).

Alors qu’il vit avec Sherlock (Robert Downey Jr.), son colocataire du 221 Baker Street, le docteur John Watson (Jude Law) est sur le point de se marier avec Mary Morstan (Kelly Reilly). Apeuré à l’idée de vivre sans son ami, Sherlock tombe un peu en dépression. Mais, peu après avoir arrêté Lord Blackwood (Mark Strong), un criminel qui utilise des pouvoirs mystiques, les deux compères assistent à sa pendaison et constatent sa mort. Mais alors que Sherlock retombe sous le charme d’Irène Adler (Rachel McAdams), une vieille connaissance, Lord Blackwood réapparaît et forme un coup d’État avec sa secte pour prendre le contrôle de l’Angleterre, puis du monde. Le détective et son associé vont alors mener l’enquête pour démêler ce gigantesque complot…

Ce qu’on a aimé : La bande sonore signée Hans Zimmer, le jeu d’acteur de Robert Downey Jr. et les scènes d’actions qui rythment tout le film. Le combat entre Blackwood et Holmes sur le Tower Bridge de Londres. La représentation de Sherlock est d’ailleurs assez bien faite, comme dans la série Sherlock (2010).

Ce qu’on n’a pas aimé : L’absence du frère de Sherlock, Mycroft Holmes (même s’il est évoqué). Le fait qu’il n’y ai qu’une seule grosse enquête est dommage (même s’il serait difficile d’en mettre deux ou trois dans un film). Enfin, le fait que le professeur Moriarty (Jared Harris) soit introduit dès le début comme grand méchant alors que c’est là son rôle dans le second opus est un peu dommage.

Pourquoi il faut l’avoir vu : Il s’agit là d’une des meilleures adaptations de Sherlock Holmes. Porté par une superbe prestation de Robert Downey Jr. (de retour en grâce avec Iron Man après une période difficile), ce film est à placer au niveau de la série Sherlock de 2010, où le héros est incarné par l’excellent Benedict Cumberbatch. Les musiques sont bien, tout comme les effets spéciaux du Londres des années 1800. La complicité entre Sherlock et Watson est bien relatée, et la suite est bien introduite dans la fin du film. Bref, de bons acteurs et une bonne histoire ! Le film a même valu un Golden Globe à Robert Downey Jr. en 2010.

L’anecdote : Le décor utilisé pour la maison de Sherlock et Watson et le même qui a servi sur le tournage de Harry Potter et l’Ordre du Phoenix (2007) pour représenter la maison du personnage Sirius Black (Gary Oldman) !

Le trailer du film :



Benjamin Laurencot