Lundisik
Le rendez-vous musical de La Loop

Promesse tenue, Niro sort la première partie de son EP « Sale Môme »

Dorian Curtil
Le 22 février 2021 à 17h29, mis à jour le 6 avril 2022 à 18h30

Après une annonce fin janvier sur Instagram, Niro à tenu promesse et a sorti ce vendredi 19 février la première partie de son EP « Sale môme ». Le rappeur s'est mis au défi d'envoyer son projet en neuf parties avec cinq nouveaux titres par mois, soit un EP de 45 sons au final. L'occasion pour nous de retracer la carrière de cet artiste hors pair.

Niro ou Noureddine Bahri de son vrai nom, rappeur d’origine marocaine est arrivé en France en 1995 et s’est installé dans la ville de Blois (Loi-et-Cher). À aujourd’hui 33 ans, Niro se fait un nom dans le rap depuis 2009, avec un premier album sorti en 2012.

L’artiste qui a le sens du détails, que ce soit dans sa discographie ou sur ses pochettes d’album. Avec 11 albums à son actif, il a dû innover afin de séduire ses fans, sur chaque projet. Ses trois premiers albums forment une suite, visible aux noms des différents. En 2012 il sort « Paraplégique » puis « Rééducation » et « Miraculé » en 2013 et 2014.

Pochette de OX7 et M8RE 2017

C’est en juillet 2017 que Niro surprend ses fans en sortant « Oxymore » un double album avec OX7 et M8RE avec un concept jamais vu auparavant. Il publie OX7 son septième album le 7 juillet 2017 (07/07/2017), le titre éponyme de l’album Oxymore, qui s’écrit en 7 lettres, se trouve à la 7ème place de la tracklist. Peu de temps après il sort son huitième album M8RE la pochette venant compléter la précédente.

Un an après il sort « Mens Rea » mettant en scène un corbeau noir tenant une rose, l’album fait donc écho à la colombe blanche tenant une grenade, tout cela étant bien évidemment… une oxymore.

Pochette album « Mens REA » 2018

Enfin, en 2020 Niro présente « Stupéfiant » avec une photo d’album qui a su rendre nostalgique ses plus anciens admirateurs, en reprenant les détails de toutes ses anciennes pochettes.

Pochette de l’album « Stupéfiant » 2020

Son sens du détail se retrouve aussi beaucoup dans ses paroles avec un précis récit de sa vie, des erreurs qu’il a commit aux horreurs qu’il a vu dans son quartier de Blois. Dans plusieurs morceaux on l’entend raconter son passé difficile qui ne laisse personne insensible. Dans « On s’en remettra » Niro se livre dans un deuxième couplet émouvant et raconte la période où il était à la rue : « 20 euros d’essence pour laisser le chauffage tourner quand j’dormais toute la nuit dans la Clio ». Tout cela se retrouve avec force dans ses sons et le poids des paroles font tout le charme de Niro.

Étant diversifié, l’artiste peut à la fois sortir des sons à écouter avec un cocktail sur la plage comme « Mwana Mboka » ou « Wari Oh » dans la première partie de l’EP sortie vendredi. Il peut aussi faire ressortir le loveur en vous avec « Sors de ma tête » ou vous faire battre votre record de Développé-Couché avec des sons énervés comme « On commence par où ? » ou bien d’autres.

Pas prêt d’arrêter le rap, Niro continuera à nous régaler pendant plusieurs années avec des musiques venant de tous les horizons.

Rendez-vous dans neuf mois, pour débriefer les 40 titres à venir.



Dorian Curtil

Publicité

Pourquoi je vois cette pub ?