Lundisik
Nietzsche disait "sans la musique, la vie serait une erreur".

Et si la qualité d’une série dépendait en fait de la tracklist ?

Comment vous choisissez votre série ? Le pitch ? Les acteurs ? Et si la musique choisie faisait toute la différence… Voici trois exemples qui le confirme.

Par Orlane Lachat, Dorian Curtil et Louise Jeannin
Publié le 15 mars 2021 à 12h00 | Dernière mise à jour le 16 mars 2021 à 10h18 7 minutes de lecture

Vous ne vous êtes jamais dit que le charme de vos séries préférées tenait du choix des musiques ? Le jeu d’acteur et la qualité du scénario nous direz-vous ? Alors essayez de regarder une scène forte sans la musique de fond, on verra si l’émotion est la même. Il est temps d’arrêter de se mentir à soi même et d’avouer qu’elle est au moins aussi importante…

One Tree Hill, ou Les Frères Scott

Créée en 2003 par Mark Schwahn, la série met en scène la vie de cinq protagonistes, amis, amants et même ennemis parfois. Du lycée à la vie active et celle de parents, on suit leurs parcours enrichis de réussites, doutes, vulnérabilités et forces pendant neuf saisons. Avec comme thèmes principaux, le basketball, la musique et la littérature, Mark Schwahn glisse constamment les meilleures références à ces univers. Les leçons de vie sont distribuées épisodes par épisodes sur un fond rythmé par le combo guitare/piano/voix.

La série One Tree Hill est associé à I Don’t Want To Be de Gavin DeGraw, puisqu’elle est utilisée pour le générique. Ses autres chansons seront beaucoup utilisées par la suite, Soldier, Belief, More Than Anyone, Chariot, We Belong Together… Il viendra interpréter en live I Don’t Want To Be au Club Tric (club de la ville de Tree Hill) pour clore la saison 5.

Il est facile d’associer un univers à un personnage. Celui de la musique sera pour Peyton Sawyer interprétée par Hilarie Burton. Incarnation du rock et toujours habillée d’un t-shirt des Gun’s and Roses ou de Motörhead, elle possède une étagère complète de vinyles, crée des compilations, est aussi chargée de la programmation au Club Tric. Plus tard, elle fondera son propre label du nom de Red Bedroom Records, dans les mêmes locaux.

“Toutes les chansons ont une fin, est-ce une raison pour ne pas en apprécier la musique ?” disait Peyton Sawyer © Photo DR

Dans la saison 4 elle produira, aux côtés de sa mère biologique (qu’elle vient de retrouver), l’album Friends with Benefit et dont les bénéfices sont reversés à une association qui lutte contre le cancer, duquel sa mère est atteinte. On y retrouve Nada Surf, Audioslave, Fall Out Boy ou encore Jimmy Eat World.
À la fin de la saison 6, elle et Lucas attendent un enfant, et Peyton n’est pas sûre d’y survivre. Pour laisser une trace de son passage à sa fille, elle lui crée une compilation « 100 chansons qui sauveront ta vie ». Composée de morceaux de Lifehouse, The Fray, Band of Horses et même Coldplay ou OneRepublic, l’émotion est bien au rendez-vous, pas étonnant de la part des réalisateurs.

Pochette de l’album Friends with Benefit, produit par Peyton Sawyer et sa mère biologique © Photo DR

De plus, On Tree Hill illumine non seulement le talent de ses acteurs, mais celui des musiciens. Au cours de la saison, on découvre Bethany Joy Lenz, interprète du personnage d’Haley James qui perce dans la musique. Tyler Hilton, jouant le rôle de Chris Keller, Kate Voegele dans la peau de Mia Catalano et même Bryan Greenberg prend le micro accompagné de sa guitare lorsqu’il incarne Jake Jaglieski.

The Handmaid’s Tale, de Blondie à Peaches en passant par Nina Simone

Nul n’est passé à côté de la dystopie de science-fiction qu’est La Servante Écarlate (The Handmaid’s tale) En 2017, le roman de la canadienne Margaret Atwood est adapté en série. L’histoire se déroule dans un futur proche où l’environnement est pollué par les produits toxiques et nucléaires. Une bonne partie des femmes deviennent stériles (à cause de la pollution) et le taux de natalité diminue fortement.  Après un coup d’État et l’assassinat du président des États-Unis, les “fils de Jacob” prennent le pouvoir et fondent la république de Gilead. Se crée alors un état répressif et aliénant envers les femmes (les répartissant en différentes catégories), qui n’ont plus accès à leurs comptes bancaires, ni à un emploi ou à une éducation.

Pas très joyeux tout ça… Heureusement, les morceaux qui rythment vont vous faire vibrer !

D’abord, le titre qui achève le premier épisode est celui de la mythique Lesley Gore, You Don’t Own Me, sorti en 1963. Les paroles raisonnent d’autant plus avec l’histoire.

And don't tell me what to do
Don't tell me what to say
And please, when I go out with you
Don't put me on display 'cause
Clip officiel de Blondie et de leur titre phare Heart of Glass

Que dire également du titre Heart of Glass de Blondie où l’amour n’est que confusion… (“love is so confusing, there’s no peace of mind“). Un titre dont on ne se lassera sans doute jamais.

On retrouve également des sons au rock “énervé” avec Peaches et son Fuck the Pain Away. Des morceaux comme ceux-ci viennent rythmer la série mais surtout montrer la rage et la détermination des personnages.

Une atmosphère angoissante, aussi, tant la peur règne au sein de Gilead. Le ton stressant est aidé par des titres comme Wraps Your Arms de The Knife où les arrangements y sont robotiques et mélancoliques.

Mais l’espoir règne toujours. Il est symbolisé par des musiques entraînantes comme avec Daydream Believer du groupe folk américain The Monkees. Sans oublier l’incontournable Feeling Good de la prestigieuse Nina Simone pour ponctuer la série

On ne peut pas oublier de citer également la soundtrack originale de la série composée par Adam Taylor. Laissez-vous emporter par ces titres…

Top Boy

Pochette de la soundtrack de © Top Boy

Les dix épisodes de Top Boy sont sortis le 13 septembre 2019. Ils peuvent être identifiés comme la saison 3 de Top Boy Summerhouse qui nous avait déjà présenté deux saisons en 2011 et en 2013. Rachetée et réalisée par Netflix et Drake, la série revient donc en beauté avec une nouvelle réalisation donnant une autre dimension à la série. Après avoir vu les deux précédentes saisons, ceci vous permettra évidemment de mieux comprendre certains détails mais ce n’est pas obligatoire. Le nouveaux départ de la série vous donne l’opportunité de rejoindre l’aventure en route.

À lire aussi ➔  La ville de Besançon lance la première édition du festival Ici c’est Besac

Top Boy raconte la vie dans la banlieue londonienne entre deux quartiers rivaux. D’un côté celui de Summerhouse dirigé par Dushanne et Sully, de l’autre, Jamie un jeune de 22 ans à la tête du gang des ZT suite à l’arrestation de Modie, leur boss. Après avoir fuit en Jamaïque à la fin de Top Boy Summerhouse, Dushanne est contraint de revenir à Londres après quelques complications. Il revient donc dans son quartier cinq ans plus tard et lutte pour reprendre le monopole de la vente de drogue afin de sauver un proche. Entre chantage, trahison, romance, meurtre et guerre de gangs, la série vous prendra à coup sûr dans ses filets.

Autour de la série nous retrouvons tout un univers rap correspondant parfaitement à l’ambiance. La première musique de la série commence fort directement avec un bon son rap Quarterback de AJ Tracey, typiquement à la Londonienne pour nous mettre dans le bain.


La série se veut mettre en avant une majorité de rappeur britannique, la seule exception arrivera au début du quatrième épisode avec le célèbre feat Love$ick de l’anglais Mura Masa et le rappeur américain A$AP Rocky. Ce son est un remix d’une version solo de Mura Masa avec une instru dansante, entraînante avec plein de détails pour accompagner un flow US typique d’A$AP parfait à écouter en voiture. D’autres musiques du même style ressortent de la bande originale comme Oh My, un feat entre quatre chanteurs britanniques, plus mélodieux avec une manière de rapper plus topliner avec des gros refrains chantés.

Common Kid de Myers est une musique phare de la série pour tous ses fans car elle s’impose comme un gros banger avec une instru simple mais profonde. Des grosses basses qui vous feront bouger la tête pendant plus de trois minutes. Toutes les musiques de la série sont prenantes et correspondent parfaitement au moment, parfois vous avez juste l’impression de traîner et de vivre avec eux.

Vous pouvez également écouter sur les plateformes un album ainsi qu’une playlist inspirés de l’univers de la série où nous retrouvons là encore des artistes britanniques avec un style plutôt drill. C’est le cas d’un des meilleurs sons de l’album avec Professor X de Dave avec une pure drill anglaise. Dave alias David Omoregie, est également dans la série en interprétant le rôle de Modie, chef du gang des ZT. Vous pouvez également varier les styles en écoutant  8 Missed Calls  de Nafe Smallz, plus autotuné avec là encore un rap chill avec une mélodie calme 100 % britannique. Le seul artiste US sur l’album est bien évidemment Drake avec un son bonus intitulé Behind Barz. Drake nous sort alors une pépite rap comme il sait le faire en respectant l’univers Top Boy avec une une instru et un flow en accord avec les codes du rap anglais.



Par Orlane Lachat, Dorian Curtil et Louise Jeannin

Laisser un commentaire