Politique & société

Les jeunes militants politiques : Sébastien Archambault soutient Éric Zemmour pour la « Reconquête! » de la France

Louise Jeannin, Hugo Petitjean et Keziah Cretin
Le 24 mars 2022 à 14h20, mis à jour le 26 mars 2022 à 11h24

Jusqu'au premier tour des élections présidentielles qui aura lieu le 10 avril prochain, La Loop se mobilise pour vous permettre de découvrir les jeunes qui militent pour les candidats. On échange avec eux autour de leur programme et de leurs mesures phares destinées aux jeunes. Rencontre avec Sébastien Archambault, militant chez les jeunes avec Éric Zemmour.

L'interview en vidéo

Retranscription de l’interview

La Loop : Sébastien Archambault, vous êtes étudiant en première année de droit et responsable de la Génération Z, le mouvement jeune de « Reconquête! », le parti d’Eric Zemmour. Quel est votre rôle au sein de ce mouvement ?

Mon rôle, c’est de cadrer les jeunes à faire les actions militantes, que tout se passe bien. Je veille !

LL : Combien êtes-vous de membres de Génération Z dans le Doubs ?

120 adhérents chez Génération Z et 50 militants actifs.

LL : Quand on est représentant d’un mouvement politique, quel qu’il soit, est-ce qu’on se doit de connaître le programme de son candidat par cœur ?

Non, pas tout ! Mais je suis très intéressé par les mesures concernant la place de la jeunesse ou certains points sur le social aussi.

LL : Justement, chez Génération Z, est-ce que votre but est de vous intéresser principalement aux mesures pour la jeunesse ou vous essayez de sensibiliser les jeunes à d’autres sujets sur lesquels ils ne portent pas d’intérêt à la base ?

Non, bien sûr que non, il y a des sujets concernant la sécurité, la santé ou encore l’avenir professionnel. Les jeunes s’inquiètent beaucoup pour leur avenir…

LL : Vous, personnellement, pourquoi vous soutenez Éric Zemmour ?

Éric Zemmour n’est pas un politicien comme les autres. C’est quelqu’un qui est honnête qui a toujours été là, qui dit les choses et qui n’a jamais flanché. Quelqu’un de courageux, quelqu’un qui malgré les tempêtes, les polémiques, les difficultés rencontrés a su les braver. C’est quelqu’un de courageux et c’est ça qui m’a beaucoup plu chez lui.

LL : En tant que jeune, c’est important pour vous de s’engager en politique, de s’engager derrière un candidat ?

Oui bien sûr. Beaucoup de jeunes pensent que leur parole est effacée… Que les jeunes s’investissent en politique, ça montre qu’ils sont là, que leur voix est importante et je pense que tous les mouvements jeunes s’accordent là-dessus.

LL : Avant, vous militiez pour le parti de Marine Le Pen (le Rassemblement National). Pourquoi avoir décidé de rejoindre Eric Zemmour ?

J’ai changé parce que Marine Le Pen (MLP) ne me convenait plus. J’ai vu le débat qu’elle a fait chez Hanouna (Face à baba) face à Jean Messiha. Elle a beaucoup changé sur son programme politique : en 2017, elle disait que ce serait l’immigration zéro. Au final, elle dit « non ça ne sera pas possible », ensuite elle dit que le grand remplacement n’existe pas et qu’elle ne le connait pas alors que des vidéos montrent le contraire… Je trouve ça un peu malhonnête de sa part.

LL : Les sondages annoncent la droite, voire l’extrême droite en tête. Vous pensez qu’Eric Zemmour pourrait remporter l’élection ?

Bien sûr, mais on n’est jamais à l’abri de surprises : je suis quelqu’un de rationnel et je me dis que le risque de défaite est là. Je reste quand même très optimiste vu les sondages, les engagements, les meetings sont complets lorsqu’il s’agit d’Eric Zemmour ou de Stanislas Rigault (le président de la Génération Z, NDLR). Les chances de victoire sont là et très favorables pour nous.

LL : Si vous deviez donner 3 propositions phares d’Eric Zemmour pour les jeunes, ce seraient lesquelles ?

Il y en a beaucoup ! Puisque Parcoursup a été une catastrophe… Il faudrait revenir à l’ancien bac, retrouver un diplôme national. La remise des classes de niveaux : ce qui permettra aux élèves plutôt moyens de progresser à leur rythme et aux élèves qui sont les plus doués de ne pas être freinés. Ce sera en fonction des compétences des élèves et de leurs moyennes. Aussi, il y a les internats d’excellence, qui favoriseraient des élèves issus de familles défavorisées, qui souhaitent travailler et qui n’ont pas d’environnement convenable pour leurs études. Eric Zemmour a prévu d’élargir ces internats d’excellence, qui a déjà été entamé sous le gouvernement de François Fillon (sous Nicolas Sarkozy). Moi-même étant issu de famille défavorisée, je trouve que c’est une bonne mesure.

LL : Et sa position sur l’Université ?

Je ne crois pas avoir vu dans son programme de grands changements en ce qui concerne l’Université. En revanche, il y aura plus en filières de médecine puisqu’on manque cruellement de médecins. Eric Zemmour veut retirer complètement le numerus clausus des facs de médecine, même s’il a déjà été enlevé en 2020 par Emmanuel Macron. Aussi, l’accès aux étudiants étrangers sera limité, afin de favoriser l’excellence et le rayonnement de la France vis-à-vis de l’international. Enfin, les bourses des élèves absentéistes seront coupées, pour favoriser l’accès aux bourses pour les étudiants de classe moyenne.

LL : Éric Zemmour souhaite “rétablir la blouse à l’école primaire pour gommer les différences vestimentaires qui favorisent le communautarisme” : vous ne pensez pas que c’est un gros retour en arrière ?

Bien au contraire, je pense qu’il ne va pas assez loin, selon moi. Il faudrait imposer l’uniforme au collège mais c’est personnel. C’est vrai que le harcèlement commence très tôt à l’école. Je me souviens, quand j’étais plus jeune, à l’école, on m’invectivait parce que je ne portais pas de chaussures Nike. Donc c’est vrai que la blouse permettrait une égalité sociale envers tous les élèves.

LL : Vous parlez d’égalité. Est-ce que ce n’est pas un paradoxe avec les classes d’excellence qui peuvent justement favoriser des « clans » entre élèves « bons et moins bons » ?

Non cela pousse au mérite, à travailler et ça donne l’envie d’être meilleur.

LL : Et plus largement, pour décrire le plus fidèlement possible le programme d’Eric, vous pouvez nous donner 3 ou 4 propositions phares, autres que celles destinées aux jeunes ?

Privilégier la sécurité des Français, l’immigration 0, aussi une priorité pour les zones rurales, notamment la mesure des 10 000€ allouer à chaque parent qui ont un enfant à charge en zone rurale.

LL : Qu’est-ce que ça apporte l’immigration 0 pour les jeunesses selon vous ?

L’immigration représente un bousculement dans l’identité de notre pays. On voit bien qu’on ne retrouve plus vraiment nos racines d’origine. Nous sommes devenus une jeunesse complètement perdue, désorientée. Retrouver l’identité de notre pays nous fait un socle, une base et c’est ce que beaucoup recherchent. L’immigration représente plutôt un danger, surtout pour les femmes (la place des femmes a une place importante dans le programme d’Éric Zemmour). Beaucoup de clandestins sont responsables de violences sexuelles et ces gens-là seront expulsés du pays.

LL : Autre mesure du programme d’Eric Zemmour : “Refaire de l’école un creuset pour façonner des Français assimilés en renouant avec le récit national” : qu’est-ce que ça veut dire concrètement ?

C’est une priorité sur l’histoire et sur le roman national. Je viens de sortir du lycée et du collège, donc je sais de quoi je parle. Les programmes ne concernent plus l’histoire de France. Par exemple l’immigration italienne aux États-Unis, ça ne nous concerne pas. En revanche, Jeanne d’Arc ou Saint Louis ne représentent qu’une petite page dans un manuel en 4ème. Je trouve ça très dommage et puis je pense que réapprendre l’histoire permettrait d’être plus attaché, de savoir d’où l’on vient. Je pense que c’est quelque chose de très important.

LL : “Créer un ministère de l’Immigration et de l’éloignement” : de quoi il s’agit exactement ? Quelles seraient ses missions ?

Il y aura énormément de rapatriements. Que ce soit des délinquants et notamment des délinquants étrangers. Éric Zemmour veut se donner les moyens d’un ministère pour appliquer justement cette politique. C’est un peu la base de notre programme.

LL : “Supprimer la redevance audiovisuelle grâce à la privatisation des principales chaînes de l’audiovisuel public (France 2, France Inter et France Info TV)” : pourquoi ces chaines ? Vous ne trouvez pas que c’est un risque que l’information se trouve exclusivement entre les mains d’industriels ?

Éric Zemmour considère que les médias de service publics ne font plus leur travail de neutralité, de ce qu’ils ont fait à la base. C’est-à-dire l’info, le renseignement. C’est devenu idéologique. C’est devenu de la propagande idéologique. Je pense que le besoin de neutralité, le besoin de pluralité politique doit se montrer dans le paysage audiovisuel. 

LL : Aujourd’hui, on voit très bien que dans l’audiovisuel privé, les médias sont concentrés dans les mains d’actionnaires, de grands industriels. Est-ce que vous pensez qu’une fois que France Inter sera privatisée, l’information sera plus neutre ?

Quand on prend l’exemple de CNews, on constate qu’ils donnent la parole à des gens qui ne l’avaient pas. C’est très pluraliste chez CNews, tout le monde débat sur le terrain. Quand Éric Zemmour était encore journaliste, il débattait souvent avec des gens qui n’étaient pas d’accord avec lui. Je me rappelle notamment avec Jack Lang sur le monde arabe.

LL : “Faire connaître au grand public les œuvres de notre patrimoine artistique et culturel en imposant aux chaînes de télévision généralistes l’obligation de diffuser des programmes à caractère culturel (opéras, pièces de théâtre, concerts, émissions historiques et documentaires) à des heures de grande écoute au minimum 4 fois par mois” : vous pensez que ça va changer les choses ? Que les gens vont regarder ? À l’heure de Netflix et Amazon Prime ?

Je pense que ça va favoriser ceux qui n’ont pas accès à la culture. Qui n’ont pas le temps ou accès à l’opéra. Ou bien ceux qui ne s’intéressent pas au théâtre. Faire découvrir à plus de personnes et donner un accès beaucoup plus large à ceux qui ne s’y sont jamais intéressé. Et qui n’ont pas les moyens d’y aller.

On peut être féministe et voter Zemmour !

LL : Que propose Éric Zemmour pour les femmes, sachant qu’il n’a pas toujours été très tendre avec elles ? Pensez-vous que les femmes peuvent voter pour un candidat comme lui ?

Tout est une question de sécurité. Les femmes sont les premières à être touchées par l’insécurité. Plus précisément les jeunes femmes, où beaucoup d’entre elles sont attouchées, sont insultées, invectivées dans la rue. Elles sont mêmes attouchées dans les transports en commun. Ce sont les premières à être victime de violences conjugales. Ce que propose Éric Zemmour, c’est d’une part, avoir une permanence d’avocats dans les commissariats réservée pour les victimes de violence conjugales, automatiser le port du bracelet électronique pour les personnes qui ont été condamnées pour violence conjugale, expulser immédiatement les étrangers et les binationaux qui ont été condamnés pour violences sexuelles ou encore réserver aux mères célibataires un accès aux logements sociaux et aux crèches.

Les engagements phares d’Éric Zemmour

Études / pour les jeunes

  • Restauration des trois filières : scientifique, littéraire et économique
  • Retour à un examen national, anonyme et terminal pour le Brevet et le Baccalauréat,
  • Mettre un terme au collège unique en instituant des classes de niveaux, tout en conservant des passerelles entre les divers filières et les divers niveaux, afin de constituer des groupes homogènes qui puissent progresser au même rythme grâce à la pédagogie adaptée, et proposer la filière pré-professionnelle dès l’entrée en 4e
  • Créer des classes d’excellence littéraires et scientifiques dans un lycée par académique
  • Permettre véritablement à tous les collégiens et lycées de suivre un enseignement de latin et de grec
  • Protéger les enfants en interdisant toute forme de propagande idéologique à l’école
  • Faire scrupuleusement respecter l’interdiction de l’écriture inclusive jusque dans l’enseignement supérieur
  • Sélectionner au mérite les étudiants étrangers

Politique

  • Organiser un grand référendum sur l’immigration, la sécurité et la justice
  • Politique d’immigration 0
  • Instaurer la supériorité des nouvelles lois nationales sur tout texte international antérieur et sur tout acte dérivé qui en résulte

Santé

  • Recrutement de 40 000 personnels hospitaliers
  • Augmenter de 12% la rémunération des aides-soignants et des infirmiers

Social

  • Supprimer les aides sociales (RSA, allocations familiales, aides au logement, minimum vieillesse, etc) pour les étrangers extra-européens
  • Imposer des contrôles systématiques des allocataires
  • Suspendre les allocations familiales en cas d’absentéisme scolaire, délinquance ou fraude
  • S’assurer qu’aucun bénéficiaire de minima sociaux ne touche un montant cumulé supérieur au SMIC

Sécurité

  • Accorder aux policiers et aux gendarmes une présomption de légitime défense en cas d’usage de leurs armes
  • Armement obligatoire des polices municipales
  • Regroupement des services de police, de justice, de douanes et d’administration fiscale pour anéantir les réseaux de trafic de drogue
  • Augmenter les moyens matériels des services de sécurité et de la Justice


Louise Jeannin, Hugo Petitjean et Keziah Cretin