Université

100% présentiel pour les étudiants en DN MADE

Loris Trullard
Le 27 novembre 2020 à 13h00, mis à jour le 30 juin 2021 à 20h50

Alors que la majorité des étudiants planchent sur des cours à distance, la formation du DN MADE se poursuit toujours en 100% présentiel.

Alors que la majorité des étudiants planchent sur des cours à distance, les Bisontins du DN MADE (pour Diplôme National des Métiers d’Arts et du Design), eux, sont toujours accueillis physiquement par leur établissement.

Les cours dans l’enseignement supérieur ne peuvent être assurés qu’à distance depuis le 29 octobre, date de début du second confinement. Exception faite pour les cours de travaux pratiques qui s’organisent toujours en présentiel. Et il en va de même pour la totalité de la formation du DN MADE du lycée Louis Pasteur de Besançon.

« La décision a été prise par le proviseur du lycée, en concertation avec les responsables de section » explique Sébastien Blot, coordinateur général de la formation du DN MADE. « Le fait d’être dans un lycée (les établissements du secondaire assurent toujours des cours en présentiel, ndlr) nous donne la possibilité de continuer nos cours physiquement » ajoute-t-il. Le nombre d’élèves par groupe est aussi un argument pour le maintien de ces cours. « Ils sont 16 par classe, et 8 par option » indique le responsable.

« On est vraiment content d’être en présentiel »

Pour les étudiants en régie du spectacle, le maintien de leurs cours est donc une bonne nouvelle. « On ne voulait pas retourner en télétravail. Ce que nous étudions est essentiellement pratique, alors c’est important pour nous d’être présent physiquement » considère Thomas Lacroix, étudiant en deuxième année de l’option son.

Car pour ce dernier, le confinement du printemps a été une toute autre histoire. Les cours s’étaient uniquement déroulés en visioconférence. « Il a fallu s’adapter. On n’a pas pu suivre certains cours » explique-t-il, heureux de ne plus être dans la même situation.

Ayant toujours cours en présentiel, les étudiants du DN MADE continuent leurs projets, comme ici, avec la réalisation d’une live session pour l’artiste Sioul, qui suit aussi cet enseignement.

Un premier confinement « mal vécu » et des stages annulés

« Nos étudiants ont mal vécu le premier confinement. Ils ont manqué beaucoup de travaux pratiques pendant celui-ci » avoue Sébastien Blot. « Ils veulent pratiquer et ils en ont besoin » conclut le coordinateur général et professeur d’électricité.

Robin Soulet, étudiant en option lumière du DN MADE, est frustré de la situation. Alors qu’il devait être en stage pendant une semaine lors des vacances d’automne, son insertion professionnelle n’a finalement duré que deux jours en raison du reconfinement annoncé.

Un autre stage de quatre semaines, prévu en février, a aussi été annulé. « C’est un soulagement de pouvoir toujours aller en cours, mais sans les stages, on perd une partie de la formation » estime cet étudiant en régie du spectacle. « C’est difficile de continuer de développer des compétences techniques dans ces conditions » souligne Robin Soulet.

Des mesures sanitaires tout de même très respectées

Bien que les étudiants ne se sentent pas autant isolés qu’au printemps, ce nouveau confinement reste très respecté. « Je préfère rester dans les règles » lance Thomas Lacroix. « On reste parfois plus longtemps au lycée pour continuer de travailler et de réviser ensemble. Une fois qu’on part, on ne se voit pas à l’extérieur » affirme-t-il. Il explique aussi organiser avec d’autres étudiants des visioconférences pour réviser tout en étant confinés.

Malgré quelques alertes d’étudiants « cas contact », aucun malade du Covid-19 n’a été recensé depuis septembre dans cette formation.



Loris Trullard