Culture et loisirs

Le Top 5 des Sandales d’Empédocle

Chaque vendredi, la Loop te propose la sélection de cinq livres par une librairie bisontine. Peut-être que cela t'inspirera pour des cadeaux de dernière minute à l'arrivée des fêtes.


Louise Jeannin
Le 18 décembre 2020 à 10h00, mis à jour le 31 mars 2021 à 12h27

Quand il n’y en a plus, il y en a encore ! Et oui, voila encore un vendredi pour les férus de lecture. Aujourd’hui, c’est la librairie Les sandales d’Empédocle qui te propose de te plonger dans cinq livres. Un moyen de patienter avant Noël ou, qui sait, d’offrir une histoire à un proche.

1. Les buveurs de vent de Franck Bouysse

Couverture de « Buveurs de vent » de Franck Bouysse aux éditions Albin Michel

Ils sont quatre frères et sœurs, nés au Gour Noir, cette vallée coupée du monde, perdue au milieu des montagnes, soudés par un indéfectible lien. Marc d’abord, qui ne cesse de lire en cachette. Mathieu, qui entend penser les arbres. Mabel, à la beauté sauvage. Et Luc, l’enfant tragique, qui sait parler aux grenouilles, aux cerfs et aux oiseaux, et caresse le rêve d’être un jour l’un des leurs. Tous travaillent, comme leur père, leur grand-père avant eux et la ville entière, pour le propriétaire de la centrale, des carrières et du barrage, Joyce le tyran, l’animal à sang froid…

Dans une langue somptueuse et magnétique, Franck Bouysse, l’auteur de Né d’aucune femme, nous emporte au cœur de la légende du Gour Noir, et signe un roman aux allures de parabole sur la puissance de la nature et la promesse de l’insoumission.

2. Histoires de la nuit de Laurent Mauvignier

Couverture de « Histoires de la nuit » de Laurent Mauvignier aux éditions de minuit

Il ne reste presque plus rien à La Bassée : un bourg et quelques hameaux, dont celui qu’occupent Bergogne, sa femme Marion et leur fille Ida, ainsi qu’une voisine, Christine, une artiste installée ici depuis des années.
On s’active, on se prépare pour l’anniversaire de Marion, dont on va fêter les quarante ans. Mais alors que la fête se profile, des inconnus rôdent autour du hameau.

3.Ce qu’il faut de nuit de Laurent Petitmangin

Couverture de « Ce qu’il faut de nuit » de Laurent Petitmangin aux éditions La manufacture des livres

C’est l’histoire d’un père qui élève seul ses deux fils. Les années passent, et les enfants grandissent. Ils choisissent ce qui a de l’importance à leurs yeux, ceux qu’ils sont en train de devenir. Ils agissent comme des hommes. Et pourtant, ce ne sont encore que des enfants. C’est une histoire de famille et de convictions, de choix et de sentiments ébranlés, une plongée dans le cœur de trois hommes.

Laurent Petitmangin, dans ce premier roman fulgurant, dénoue avec une sensibilité et une finesse infinies le fil des destinées d’hommes en devenir.

4. Betty de Tiffany McDaniel

Couverture de « Betty » de Tiffany McDaniel aux éditions Gallmeister

Décidément la petite Betty a du succès ! Murielle, libraire au rayon littérature à l’Intranquille, nous l’avais déjà conseillé.

Pour rappel, c’est l’histoire d’une petite indienne qui raconte les mystères de l’enfance et la perte de l’innocence. Sa famille vit en marge de la société. Lorsque les Carpenter s’installent dans la petite ville de Breathed, après des années d’errance, le paysage luxuriant de l’Ohio semble leur apporter la paix. Avec ses frères et sœurs, Betty grandit bercée par la magie immémoriale des histoires de son père. Mais les plus noirs secrets de la famille se dévoilent peu à peu

À travers la voix de sa jeune narratrice, l’auteure Tiffany McDaniel chante le pouvoir réparateur des mots et donne naissance à une héroïne universelle.

5.Vladivistok Circus d’Elisa Shua Dusapin

Couverture de « Vladivostok Circus »de Elisa Shua Dusapin aux éditions Zoe

A Vladivostok, dans l’enceinte désertée d’un cirque entre deux saisons, un trio s’entraîne à la barre russe. Nino pourrait être le fils d’Anton, à eux deux, ils font voler Anna. Ils se préparent au concours international d’Oulan-Oude, visent quatre triples sauts périlleux sans descendre de la barre. Si Anna ne fait pas confiance aux porteurs, elle tombe au risque de ne plus jamais se relever.

Dans ce troisième roman, Elisa Shua Dusapin convoque son art du silence, de la tension et de la douceur avec des images qui nous rendent le monde plus perceptible sans pour autant en trahir le secret.



Louise Jeannin