Culture et loisirs

L’arÊte : entre partage des connaissances et apprentissage de bonnes techniques

Louise Jeannin et Julie Langlois
Le 1 février 2022 à 17h07

La Loop a visité l'atelier partagé L'arÊte, fraîchement ouvert, situé rue de Belfort à Besançon. Zoom sur le fonctionnement de ce lieu intimement lié au café des pratiques.

Mercredi 19 janvier dernier, l’atelier partagé l’arÊte situé rue de Belfort ouvrait ses portes. L’arÊte c’est à la fois un espace de coworking, des matériaux recyclés à foison accessible à tous et à prix libre, mais aussi la possibilité d’utiliser des machines pour découvrir de nouvelles pratiques (céramique, photo argentique, etc). Pour découvrir ce lieu si particulier, nous avons été accompagnés d’Ophélie, chargée de projet à l’arÊte.

L’atelier partagé de l’arÊte est non seulement une structure de création artistique, mais c’est aussi un lieu favorisant le réemploi. Avant de devenir un espace de coworking, l’arÊte était une matériauthèque. “Une accumulation de beaucoup de déchets, triés et mis en valeur qu’on a récupérés chez des commerçants, des particuliers, des industriels, pour les revaloriser » explique Ophélie Petit, chargée de projet. Une alternative permettant de réduire les déchets et de les réinvestir dans la création artistique. “Le but est de donner envie aux gens de les utiliser et d’écouler ce stock” poursuit Ophélie.

Un lieu de partage des connaissances et d’apprentissage de nouvelles techniques

En plus d’avoir accès aux divers matériaux, l’arÊte propose des ateliers à la demande, des formations à des techniques telles que la céramique, la photographie à l’argentique, le bois ou encore la gravure. Outre la technique, il est possible d’être formé à l’utilisation d’une machine particulière. Divers tarifs sont proposés en fonction des formations et des différentes machines mises à disposition. Le but étant de se former afin de revenir en autonomie pour utiliser ces machines et réaliser ses propres créations. Ces initiations sont obligatoires pour son utilisation personnelle : cela permet de travailler en toute sécurité.

La mathériauthèque de l’arÊte, située au sous-sol du local © Louise Jeannin

À noter qu’il est possible de faire des ateliers collectifs. À la demande de plusieurs personnes ou d’une structure particulière, il est possible de venir apprendre une technique et l’utilisation des machines. Une occasion de partager des compétences, mais aussi de passer un bon moment.

« L’atelier partagé est un lieu très chouette pour découvrir de nouvelles choses, apprendre au niveau manuel, c’est un lieu très abordable. Ça permet aux artistes et artisans d’inventer. Le café est plutôt un lieu convivial, inventif et de gratuité »

Ophélie Petit, chargée de projets à l’arÊte
Charlotte, stagiaire à larÊte était en pleine couture © Louise Jeannin

Le café des pratiques : lieu de convivialité et de lien social

À côté du local de l’ArÊte, il y a le café des pratiques : un lieu chaleureux, de convivialité et de lien social. Si les prix sont libres à la matériauthèque de l’ArÊte, au café des pratiques, les particuliers peuvent venir comme bon leur semble pour créer, échanger et se servir en matériel. Tissus, rubans, plastique, papiers, boutons : on trouve de tout.

Un consortium bâti sur trois pilier 

Il y a un véritable consortium entre l’atelier partagé et le café des pratiques. L’objectif est d’échanger et de partager. « L’atelier partagé est un lieu très chouette pour découvrir de nouvelles choses, apprendre au niveau manuel, c’est un lieu très abordable. Ça permet aux artistes et artisans d’inventer. Le café est plutôt un lieu convivial et inventif et de gratuité », résume Ophélie Petit, chargée de projet à l’arÊte. Autre pilier de ce consortium, c’est la facette organisme de formation professionnelle : l’école des pratiques.  Son but : diffuser et enseigner des bonnes pratiques.

Unité de production locale et  réinsertion professionnelle 

À l’avenir, l’arÊte souhaite (pourquoi pas) devenir une “petite unité de production locale”. Effectivement, cette dernière a déjà répondu aux besoins de certaines structures, comme la médiathèque de Besançon. L’arÊte a réalisé des housses pour transporter les livres en extérieurs afin de les protéger ainsi que des intercalaires pour les rayons. Les écoles ont aussi demandé des tapis d’extérieurs, entièrement réalisés avec des matériaux récupérés, évidemment. Ces séries d’objets peuvent être réalisées pendant des temps collectifs au café (le jeudi après midi lors du temps d’échange et de convivialité). 

Autre projet : proposer des formations Pôle Emploi remboursées afin de remobiliser les personnes en quête de réinsertion professionnelle ou d’isolement.

Retrouvez l’arÊte sur Instagram et Facebook ainsi que le café des pratiques.



Louise Jeannin et Julie Langlois