Culture et loisirs

Exposition photo aux archives municipales : (re)découvrez le Besançon du 20ᵉ siècle !

Replongez dans le paysage bisontin de 1960 aux années 2000. Les archives municipales de Besançon organisent jusqu’au 15 janvier une exposition photos proposant de (re)découvrir des lieux emblématiques du Besançon d'un autre temps.


Faustine Himmelberger et Xavier Mathis
Le 20 décembre 2021 à 19h08

Des photos qui ravivent des souvenirs

C’est suite à un don d’une grande collection de photos d’un ancien photographe officiel de la ville de Besançon, Jean-Paul Tupin, que la ville de Besançon a décidé d’organiser cette exposition. Elle propose un panorama de la ville bisontine et de ses lieux emblématiques à l’occasion d’évènements particuliers. Reprenant des lieux connus de tous, elle apporte un regard nouveau sur ceux-ci pour les plus jeunes. Pour ceux plus anciens, elle permet également de se replonger dans des événements vécus, non sans une certaine nostalgie. C’est en tous cas ce que Dominique a ressenti.

« C’est émouvant, j’ai pratiquement tout connu, même si je ne me souvenais pas de tout. Mais le changement de la ville qui m’a le plus frappé, c’est l’état du quartier Battant ! »

Dominique, arrivée à Besançon en 1955.

Un sentiment nostalgique partagé également par Claude, bisontin depuis toujours. « C’est vraiment pour moi un come-back. Ce sont toutes des choses que je connaissais ! Le fait de pouvoir revoir certains lieux nous renvoie à nos jeunes années et à la nostalgie de ce que ces lieux représentent ».

Des clichés à jamais gravés

Jean-Paul Tupin est passionné par la photographie depuis ses 14 ans. Il n’a pas été tout de suite le photographe attitré de la ville : avant cela, il travaillait à la Mairie, au service de l’urbanisme. À la demande de son chef de service, il est chargé de suivre l’évolution de la ville grâce à la photographie. « J’étais déjà passionné de photographie personnellement, j’ai donc sauté sur l’occasion », s’exprime-t-il. Ce dernier a ainsi passé 40 ans de sa vie à photographier la ville de Besançon. Il a donné à la ville pas moins de 50 000 clichés, allant de 1960 aux débuts des années 2000. Jean-Paul Tupin a créé un laboratoire lui permettant de développer et tirer les photos en noir et blanc, en couleurs ainsi qu’en diapositives. Les clichés ont été archivés par la bibliothèque municipale où ils peuvent être consultés.

« Les photos allaient rester dans un meuble et allaient rester inutilisées, alors qu’on peut revenir dessus pour différents articles »

Jean-Paul Tupin, ancien photographe attitré de la ville de Besançon

Des événements qu’on ne vit qu’une seule fois

Jean-Paul Tupin a connu plusieurs événements marquants : les championnats du monde de cyclisme sur piste, le festival de musique, les manifestations de l’horlogerie Lip, les venues de personnalités politiques diverses et bien d’autres.

« Je me rappelle des championnats du Monde de cyclisme poursuite sur piste qui étaient un évènement exceptionnel, car ça ne se pratique pas partout »

Jean-Paul Tupin

En 40 ans, il y a eu des changements considérables

Avec la piétonisation du centre-ville, certaines rues sont parfois méconnaissables.

« Pour une question de comparaison, j’ai préféré léguer toutes mes photos à la ville de Besançon qui ont été récupérées par la bibliothèque municipale pour les archiver. Ce qui était intéressant, c’était de suivre l’évolution d’un chantier : le tunnel sous la Citadelle, la sortie de terre de Planoise, ou encore le chantier de la rue piétonne »

Jean-Paul Tupin

Il a également fait beaucoup de prises de vue aériennes. « Cela me plaisait beaucoup, car je découvrais la ville vue d’en haut avec émerveillement » conclut Jean-Paul Tupin.

Diverses photos de travaux du tunnel de la Citadelle / © Photo Faustine Himmelberger

Une exposition divisée en six thématiques

L’exposition se divise en plusieurs thématiques et François Guinchard, agent des archives municipales, explique la conception de l’exposition : « Parmi les photos de Jean-Paul Tupin que le service communication de la Ville a versé, il a fallu faire un choix. Nous avons fait un tri et avons gardé 25 000 photos. Il a fallu ensuite sélectionner une centaine de photos pour l’exposition. On a choisi de faire un parcours d’exposition en aller-retour, c’est-à-dire faire une première partie sur les transformations de la ville avec notamment la piétonisation du centre-ville, la mise en place du réseau de bus, la requalification du quartier de Battant, la création du quartier de Planoise et l’opération autour du marché couvert », détaille François Guinchard. Lors de la conception de l’exposition, il y a eu un travail de représentativité qui a été effectué sur les grands événements qui ont marqué la population bisontine :

« À la fin du XXᵉ siècle, la ville a connu beaucoup d’événements, comme les Floralies, le festival de musique qui est un grand mouvement de la vie culturelle à Besançon, ou encore des visites présidentielles. »

François Guinchard, agent des archives municipales
Différentes structures, notamment la Galerie Châteaufarine et la construction du CHU Minjoz / © Photos Faustine Himmelberger

Pour conclure, François Guinchard parle d’une terre de sports. « La population a toujours eu un très grand attrait pour les sports, ce qui fait même la fierté bisontine comme la lutte Gréco-Romaine avec le champion olympique Ghani Yalouz, le handball féminin qui a un assez haut niveau, ou encore la Coupe Davis qui s’est déroulée à Besançon », termine t-il. Depuis 2017, le Palais des Sports de Besançon porte le nom de l’ancien lutteur bisontin.

Pour plus d’informations sur l’exposition, cliquez ici.



Faustine Himmelberger et Xavier Mathis