Actions solidaires

Les Bisons Teints : un soutien aux personnes dans le besoin

Le collectif entame sa septième action caritative auprès des plus démunis en organisant une grande collecte de vêtements chauds jusqu’au 1er décembre.

Par Hugo Petitjean
Publié le 25 novembre 2020 à 13h00 | Dernière mise à jour le 31 mars 2021 à 12h21 3 minutes de lecture

Le collectif fondé il y a presque un an en est à sa septième action caritative. Après la mise en place d’une distribution de lettres et de dessins adressés aux SDF, les Bisons Teints ont entamé leur nouvelle action “J’ai froid sans toit” : une collecte de vêtements chauds à redistribuer aux personnes dans le besoin.

Leur septième initiative

“J’ai froid sans toi est le nom de l’initiative mise en place jusqu’au 1er décembre. Le but : proposer des bacs de collecte de vêtements chauds et de produits d’hygiènes dans deux boutiques Biocoop franc-comtoises. “Ensuite, le collectif se mobilisera pour les distributions”, précise Nena. Alors, c’est le moment de donner !

Des bacs sont à votre disposition dans deux magasins Biocoop / © Photo Emma Longchamp

En plus des vêtements chauds, le collectif se mobilise également pour distribuer du gel hydroalcoolique et des masques. “On se met en danger vis-à-vis des règles de confinement, mais on ne laissera pas notre public dehors sans soutien”, défend la porte-parole du collectif.

Précédemment, l’équipe constituée d’une quinzaine de bénévoles avait également mis en place une boite aux lettres pour adresser du courrier et des dessins chaleureux aux SDF. “On veut leur montrer qu’ils ne sont pas seuls”, explique Nena.

Un public élargi aux étudiants

Il y a quelques jours était organisée une collecte en faveur des étudiants précaires, que La Loop vous avait fait vivre dans cet article. Et parce qu’on n’est jamais trop dans ce combat contre la pauvreté et l’isolement, chaque action profite également aux autres associations. “Patrice, le patron du Marulaz est un ami proche, et il y a une grosse partie des dons qu’on récolte qui seront reversés aux étudiants en précarité”, note Nena.

À lire aussi ➔  Un concert live stream sur les réseaux-sociaux organisé par l'ESN Besançon

Un collectif né il y a un an

A 21 ans, Nena ne s’en cache pas : elle est fière du collectif qu’elle est parvenue à monter il y a bientôt un an. Aujourd’hui, ce sont des jeunes de 15 à 30 ans qui mettent la main à la pâte pour aider les plus démunis. “À la base, l’idée, c’était de faire uniquement une collecte de vêtements chauds pour les demandeurs d’asile. Mais quand on a vu le succès, on a décidé de faire une autre collecte, puis deux puis trois… Et aujourd’hui, on en est à la septième !”, s’enthousiasme Nena. Elle travaille depuis peu dans un accueil de jour pontissalien aux côtés des SDF.

Des projets en faveur de l’écologie

Et pendant que certains collectent et distribuent, d’autres réfléchissent. Les Bisons Teints ont notamment pour projet de mettre les pieds sur un terrain miné : le combat écologique. “On voudrait se lancer dans des projets comme une clean walk et pleins de projets autour de cette thématique, qu’on n’a pas encore assez abordée”, conclu Nena.

L’association Les Bisons Teints est à retrouver sur leur page Facebook. Les dons seront récoltés jusqu’au 1er décembre dans les deux Biocoop participantes (3 Allée de l’Île aux Moineaux à Besançon et Chemin Des Maurapan à Châtillon-le-Duc).

Zoom sur…

Emma, nouvelle arrivante dans le collectif

Étudiante en art et en communication, elle est arrivée dans le collectif mi-octobre. “Mais j’avais déjà fait des photos pour une de leurs actions. Ça me fait de l’expérience, je me sens utile et on milite entre jeunes pour une même cause alors l’ambiance est sympa”. Dès qu’elle le peut, elle se rend disponible pour s’occuper des photos et du graphisme pour le collectif, connu par hasard, lors d’une soirée un peu trop arrosée… Mais on vous rassure, c’est totalement sobre qu’elle a décidé de rejoindre les Bisons Teints !

À lire aussi ➔  Acheter en click and collect pour la survie de nos librairies bisontines


Par Hugo Petitjean

Laisser un commentaire