L'hebdo pop-corn
Vous ne savez pas quoi aller voir au cinéma ni quoi regarder tranquillement chez vous ? Tous les mercredis, retrouvez les films et séries à voir absolument !

L’Hebdo pop-corn du mercredi 20 octobre 2021

Au menu cette semaine : le retour du symbiote fou, la 32ème saison de la famille la plus célèbre de la TV et la vie d’un célèbre rappeur français !

Benjamin Laurencot
Publié le 20 octobre 2021 à 18h00 | Dernière mise à jour le 20 octobre 2021 à 21h42 6 minutes de lecture

Vous ne savez pas quoi aller voir au cinéma cette semaine, ni quelle série ou film regarder tranquillement chez vous ? Tous les mercredis, retrouvez les films et séries à voir absolument ! Au menu cette semaine : le retour du symbiote fou, la 32ème saison de la famille la plus célèbre de la TV et la vie d’un célèbre rappeur français !

Vous ne savez pas quoi aller voir au cinéma cette semaine, ni quelle série ou film regarder tranquillement chez vous ? Aucun soucis ! Tous les mercredis, retrouvez les films et séries à venir conseillées par nos soins, avec un focus sur un incontournable.

Au menu cette semaine : le retour du symbiote fou, la vie d’un célèbre rappeur français et la 32ème saison de la famille la plus célèbre de la TV !

Cinéma

La sortie de la semaine

Venom : Let there be Carnage

Réalisé par Andy Serkis

Durée : environ 1h30

Alors que Spider-Man va bientôt quitter l’Univers Cinématographique Marvel (MCU) pour définitivement rejoindre le Sony’s Spiderverse, ce même univers élaboré par Sony continue son expansion, avec le second volet de Venom. Cette-fois, c’est Andy Serkis qui succède à Ruben Fleischer, réalisateur du premier Venom (2018). Toujours incarné par le britannique Tom Hardy (Mad Max, Inception…), Eddy Brock et le symbiote extra-terrestre sont de retour pour affronter le psychopathe Cletus Kassady, obsédé par Venomn, qui devient Carnage, un autre symbiote beaucoup plus fou et sanguinaire que son adversaire. Interprété par Woody Harrelson (Bienvenue à Zombieland, Hunger Games…), Carnage devrait bien porter son nom. Mais Venom pourra t-il l’arrêter?

Venom: Let there be Carnage © Sony Pictures

Pourquoi on a hâte : Après un premier volet qui a reçu un accueil mitigé, l’un des méchants les plus appréciés des comics Marvel est de retour pour affronter l’un des ennemis les plus redoutables de Spider-Man : Carnage. On attend donc un duel au sommet. Cependant, le film devrait vite être expédié. C’est l’une des adaptations Marvel les plus courtes qui ont été réalisé jusqu’à présent. Et vu que l’homme araignée va bientôt regagner l’univers cinématographique de Sony, pourquoi pas faire une petite mise en bouche avec une scène post-générique ? De plus, le fait qu’Andy Serki, le pro de la motion capture, réalise là, son sixième film promet quelque chose d’intrigant.

Séries

Amazon Prime Video

Orelsan – Montre jamais ça à personne

Orelsan – Montre jamais ça à personne © Amazon

Réalisée par Clément Cotentin et Christophe Offenstein – 1 saison (6 épisodes)

Produite et diffusée par Amazon, cette série-documentaire française retrace les passages importants de la vie d’Aurélien Cotentin, alias Orelsan et de sa bande de copains qui leur ont permis d’atteindre la célébrité. Présentée sous forme de vidéos prises par le frère du rappeur a différents moments de sa vie, entrecoupés d’interviews de personnes qui le côtoient, la série illustre parfaitement le parcours de vie fulgurant d’Orelsan.

À lire aussi ➔  De la culture dans son canapé ! L’agenda culturel de janvier

Pourquoi il faut la regarder : Exit les biopics ou documentaires avec des scènes reproduisant la réalité. Clément Cotentin, le frère d’Orelsan, nous offre un documentaire très intéressant dans lequel il raconte et montre une partie de la vie de son frère et de ses copains dans leur intimité ainsi que les moments cruciaux de sa carrière. Bref, de la formation des Casseurs Flowters aux Victoires de la Musique, en passant par le carton Le Chant des sirènes (2011), tout y est. On retrouve également quelques artistes célèbres et des anecdotes inédites. Alors pourquoi ne pas regarder cela ?

Disney+

Les Simpson (saison 32)

Créée par Matt Groening – 32 saisons

Un an après la sortie de la 31ème saison sur Disney+, les Simpson sont de retour pour une 32ème saison. Avec des épisodes tournant plus que jamais autour de thématiques actuelles. La série diffusée depuis 1989, que l’on pensait bientôt être à bout de souffle, se relance un peu après une dernière saison un peu trop “politiquement correcte”.

Les Simpson © Disney

Pourquoi il faut la regarder : On ne présente plus les Simpson, la famille la plus célèbre du petit écran. La série culte se renouvelle une fois de plus. C’est toujours sympathique de pouvoir regarder de nouveaux épisodes après avoir regardé la trentaine d’autre saisons en boucle !

Le focus de la semaine

King Kong

King Kong © Universal Pictures

Réalisé par Peter Jackson (2005)

Durée: 3h

Andy Serkis étant le réalisateur du nouveau Venom, quoi de mieux que de faire une rétrospective de sa carrière avec un de ses rôles les plus importants ? King Kong, sorti en 2005, est une réadaptation (remake, pour les anglophones) du célèbre film du même nom de Merian Cooper et Ernest Shoedsack datant de 1933. Le film d’origine met en avant l’animation en volume (technique consistant à déplacer un objet immobile à chaque prise de vue, donnant ainsi une illusion de mouvement quand on met les image bout-à-bout) pour donner vie à la créature. Peter Jackson, lui, décide d’utiliser le système de motion-capture. Cette technique consiste à placer de nombreux capteurs sur un acteur pour recréer ses gestes sur une créature numérique. Ici, c’est Andy Serkis qui, en plus d’incarner un rôle secondaire (le cuisinier du bateau), incarne Kong. Le britannique est aujourd’hui réputé pour avoir incarné de nombreux personnages avec cette technique, tels que Gollum dans la trilogie du Seigneur des Anneaux (2001-2003) et celle du Hobbit (2012-2014) ou Snoke dans Star Wars (2015-2017), pour ne citer qu’eux.

À lire aussi ➔  Concours de créations étudiantes

L’histoire est la même que le film original. Dans les années 30 aux USA, en pleine période de Grande Dépression, le réalisateur Carl Denham (interprété par Jack Black) est mis sous pression par les patrons de studios. Il doit rapidement terminer son film à succès. Afin de le terminer, il décide d’embarquer sur le SS Venture pour la mystérieuse île du Crâne, dont il vient de trouver la carte l’y emmenant. Avant d’embarquer, peinant à trouver son rôle féminin, il finit par dénicher l’actrice pour terminer son film : Ann Darrow (interprétée par Naomi Watts), cette comédienne au chômage, accepte ce tournage périlleux. Durant le voyage, elle s’éprend de Jack Driscoll (Adrien Brody), célèbre auteur de pièces de théâtre. Mais une fois arrivé sur l’île cachée, les choses tournent mal. Les indigènes capturent Ann pour la donner en offrande à Kong, terrible singe-monstre vivant dans la jungle aux allures préhistoriques. Bien sûr, Jack est déterminé à braver tous les dangers pour la sauver. L’équipage du bateau va attendre qu’il revienne avec Ann pour capturer la créature (qui n’est en réalité pas si terrible que ça) et la ramener à New-York. Mais les choses se gâtent…

Comme à son habitude, Peter Jackson réalise un film de longue durée (3h), mais l’histoire est bien racontée et avance à un rythme satisfaisant. La romance entre Ann et Jack n’est pas mise au second plan et on voit très bien le côté humain donné à Kong.

Ce qu’on a aimé : Les effets spéciaux de qualité, le combat contre les dinosaures, la relation émouvante entre Kong et Ann ainsi que la scène finale.

Ce qu’on a pas aimé : Le choix de Jack Black au casting qui, malgré une bonne prestation, reste ancré dans notre tête à des rôles plutôt comiques. Il y a quelques longueurs dans le film.

Pourquoi il faut l’avoir vu : C’est l’un des meilleurs films de Peter Jackson, avec les trilogies du Hobbit et du Seigneur des Anneaux. C’est en plus l’une des plus fidèles et meilleures réadaptations du classique de 1933. Ce film est un peu une référence pour la technique de la motion capture, avec le spécialiste Andy Serkis qui permet de rendre vivant Kong et de le mettre en scène dans des passages bluffants.



Benjamin Laurencot

Laisser un commentaire